La Fondation canadienne pour l’innovation octroie 1,6 M$ à des chercheurs de l’Université d’Ottawa

Publié le mardi 28 février 2017

Heather KharoubaAdina Luican-Mayer et Baptiste Lacoste - Université d'Ottawa

Des chercheurs et chercheuses de l’Université d’Ottawa travaillant dans des domaines aussi variés que la fabrication de textiles intelligents ou la mise au point de nouvelles méthodes de prévention des AVC et de la maladie d’Alzheimer ont reçu du gouvernement du Canada une subvention de 1,6 millions de dollars. Cette somme sera investie dans des outils de pointe pour maintenir le Canada à l’avant-garde du secteur de l’innovation. La ministre des Sciences, l’honorable Kirsty Duncan, a annoncé le financement en question, qui sera versé par l’entremise du Fonds John-R.-Evans de la Fondation canadienne pour l’innovation.

« En accordant cette aide financière, la Fondation canadienne pour l’innovation soutient notre environnement de recherche unique qui fournit aux étudiants et aux étudiantes une formation pratique et bâtit la prochaine génération d’innovateurs canadiens », souligne Mona Nemer, vice‑rectrice à la recherche à l’Université d’Ottawa.

Voici les sept projets menés sur le campus :

Les réactions des différentes espèces aux changements climatiques
Dans ses travaux sur les mécanismes climatiques qui influent sur la distribution des différentes espèces et sur leurs interactions, Heather Kharouba étudie comment et pourquoi les réactions aux changements climatiques varient d’une espèce à l’autre. Ces recherches feront avancer nos connaissances sur les réactions respectives des espèces en Ontario et au Canada et auront peut-être des retombées sur la lutte antiparasitaire dans les forêts et sur la conservation des espèces vulnérables.

La fabrication de textiles intelligents à faible coût
Dans ses recherches sur la fabrication de nanomatériaux et de textiles conducteurs abordables, Ghassan Jabbour utilisera ses travaux novateurs sur l’impression réactive par jet d’encre et sur la mise au point d’appareils flexibles. Ces recherches nous permettront de fabriquer, à faible coût, des nanoparticules pour l’impression rouleau à rouleau, ainsi que des boîtes quantiques, qui serviront au développement d’applications pour textiles intelligents.

Des matériaux d’une minceur infinitésimale pour transformer les capteurs et les lasers
Antonio Badolato étudie les matériaux 2D comme le graphène, dont l’épaisseur est d’un milliardième de mètre, afin de mettre en place les assises pour le développement de dispositifs optoélectroniques potentiellement transformatifs comme des capteurs, lasers et sources de lumière non classiques souples.

Examiner les AVC et la maladie d’Alzheimer à un niveau moléculaire
Les travaux de Baptiste Lacoste se concentrent sur les fondements cellulaires et moléculaires du remodelage des vaisseaux sanguins du cerveau afin de trouver de nouvelles cibles thérapeutiques pour prévenir ou contrer les maladies cérébrovasculaires comme les AVC, la démence vasculaire et l’Alzheimer.

Protéger les poissons contre les contaminants
Les recherches de Jan Mennigen portent sur la régulation et la perturbation métaboliques chez deux espèces de poisson, la truite arc-en-ciel et le poisson-zèbre, pour améliorer la croissance des poissons en aquaculture et pour évaluer les risques de pénétration des contaminants aquatiques chez les poissons.

Visualiser et contrôler les matériaux à l’échelle atomique
Adina Luican-Mayer cherche à mettre au jour de nouvelles propriétés de matériaux de l’épaisseur d’un atome, qui pourraient être utilisées pour développer la prochaine génération d’appareils optoélectroniques et d’applications énergétiques. Pour ce faire, la chercheuse utilise dans son laboratoire la microscopie à balayage à effet tunnel, technique expérimentale permettant de visualiser et de contrôler la matière à l’échelle atomique.

La conception plus efficace de molécules organiques
On s’attend que les travaux de Fabien Gagosz sur la mise en œuvre de nouveaux outils et méthodes de synthèse organiques aient des retombées directes dans le domaine de la synthèse chimique. Ces découvertes permettront de développer des méthodes plus efficaces pour la fabrication de molécules organiques, qui auront également une grande résonnance dans l’industrie chimique.

Personne-ressource pour les médias :

Sarah Foster
Agente des relations médias
Cell. : 613-762-2908
sarah.foster@uOttawa.ca

Haut de page