Des bactéries intestinales peuvent-elles causer la maladie de Crohn? Des chercheurs de l’Université d’Ottawa et du CHEO exposent de nouvelles pistes de traitement

Publié le mercredi 23 novembre 2016

Une étude publiée récemment dans la revue scientifique Nature Communications par des chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa, du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) et leurs collaborateurs internationaux fait état d’une découverte pouvant mener à un nouveau traitement de la maladie de Crohn, qui affecte un nombre croissant d’enfants au Canada.  

Entraînant une inflammation chronique de l’appareil gastro-intestinal, cette maladie s’établit souvent chez les enfants et les adolescents. De fait, de 20 à 30 % des patients atteints présentent les symptômes avant l’âge de 20 ans. Outre les symptômes les plus communs comme la diarrhée, les saignements rectaux et les douleurs abdominales sévères, les enfants souffrant de la maladie de Crohn doivent parfois composer avec des problèmes de croissance, de la malnutrition et un retard pubertaire. La cause exacte de la maladie de Crohn est inconnue et les médecins sont encore à la recherche de remèdes pour enrayer la maladie.

Cette maladie se caractérise par une irritation ou une inflammation chronique du tractus gastro-intestinal. On la traite habituellement avec des médicaments qui neutralisent le « facteur de nécrose tumoral », substance produite par le système immunitaire.

Dans le but de trouver un nouveau traitement pour cette maladie souvent débilitante, l’équipe de chercheurs dirigée par Alain Stintzi et Daniel Figeys, professeurs au Département de biochimie, microbiologie et immunologie de l’Université d’Ottawa, le Dr David Mack, professeur au Département de pédiatrie de l’Université d’Ottawa et directeur du centre de recherche sur les maladies inflammatoires de l’intestin du CHEO, et Christian Jobin, professeur au département de médecine de l’Université de la Floride, a scruté la dynamique de la flore bactérienne intestinale, ou microbiote.

« Contrairement à la plupart des médicaments utilisés actuellement pour traiter la maladie de Crohn, qui altèrent le système immunitaire des patients, la nouvelle piste de recherche donne à penser que nous pourrions envisager une nouvelle approche qui consisterait à modifier l’activité métabolique nuisible des réseaux de bactéries intestinales pour atténuer l’inflammation caractérisant la maladie de Crohn », soutient le Dr David Mack.

L’équipe de chercheurs a trouvé que les patients atteints de la maladie de Crohn abritent beaucoup moins de micro-organismes protecteurs, comme les bactéries des groupes Clostridium XIVa et IV, qui produisent un type d’acide gras anti-inflammatoire appelé butyrate. Leurs recherches montrent également que les patients présentent des taux plus élevés de bactéries nuisibles productrices d’agents pro-inflammatoires comme le sulfure d’hydrogène, ou H2S. Ces mêmes patients montrent une capacité réduite de détoxifier leur paroi intestinale et de réduire leurs niveaux de H2S.

L’équipe a démontré que les bactéries de la souche Atopobium parvulum, grande productrice de H2S, provoquent des colites sévères et que la présence du microbiote est importante pour le développement de ces colites. Ces découvertes mettent au jour un nouveau mécanisme en cause dans la maladie de Crohn, qui impliquerait un déséquilibre entre production et détoxication de H2S. Cette avancée permettra de chercher des traitements capables de rétablir le sain équilibre du microbiote.

Lisez l’article paru dans Nature Communications (en anglais seulement).

L’Université d’Ottawa : Un carrefour d’idées et de cultures
L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des idées, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Classée parmi les 200 meilleures universités du monde, l’Université d’Ottawa attire les plus brillants penseurs et est ouverte à divers points de vue provenant de partout dans le monde.

L’Institut de recherche du CHEO

L’Institut de recherche du CHEO, affilié à l’Université d’Ottawa, coordonne les activités de recherche au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario. Ses trois programmes de recherche comprennent la biomédecine moléculaire, les technologies de la santé et l’application des données probantes à la pratique médicale. Ses principaux domaines de recherche sont le cancer, le diabète, l’obésité, la santé mentale, la médecine d’urgence, la santé musculo-squelettique, les renseignements électroniques sur la santé et la protection des renseignements personnels, ainsi que la génétique des maladies rares. Les avancées réalisées aujourd’hui par l’Institut serviront à améliorer la santé des enfants de demain. Pour de plus amples renseignements, consultez le site Web www.cheori.org ou suivez-nous sur @CHEOhospital.

Personne-ressource pour les médias

Amélie Ferron-Craig
Agente des relations médias
Cell. : 613-863-7221
aferronc@uOttawa.ca

Haut de page