Les cellules souches pourraient-elles réparer le cœur, lutter contre les infections, développer les poumons des prématurés et régénérer les tissus du cerveau après un AVC?

Publié le vendredi 13 avril 2018

Cellules nerveuses cultivées à partir de cellules souches de la moelle épinière

Crédit photo : Ahmed Galuta

Des chercheurs d’Ottawa qui ont reçu 999 900 $ du Réseau de cellules souches sont sur le point de trouver la réponse

Les travaux en laboratoire de chercheurs de l’Université d’Ottawa, de L’Hôpital d’Ottawa et du CHEO se rapprochent de l’étape des essais sur des humains et de la mise au point de traitements, grâce à quatre nouvelles subventions de recherche évaluées par des pairs, financées par le Réseau de cellules souches totalisant 999 900 $ dans le cadre d’un investissement global de 4 M$ pour l’ensemble du Canada. À Ottawa, ces subventions serviront aux projets suivants :

Traitement après un infarctus grave

Le Dr Duncan Stewart (L’Hôpital d’Ottawa et l’Université d’Ottawa) et ses collègues ont obtenu 500 000 $ pour poursuivre le premier essai clinique au monde d’un traitement par cellules souches génétiquement modifiées après une crise cardiaque. Ces nouveaux fonds permettront à l’équipe de mettre en place un nouveau centre d’essai et de réaliser l’analyse préliminaire de 60 premiers patients. Collaborateurs : David Courtman, Michael Kutryk, Michel Lemay, Chris Glover, Hung-Ly Quoc, Josep Rodes-Cabau, Dominique Joyal, Alexander Dick, Howard Leong Poi et Kim Connelly.

Essai sur le choc septique

La Dre Lauralyn McIntyre, Shirley Mei, Ph.D. (L’Hôpital d’Ottawa et l’Université d’Ottawa), ainsi que leurs collègues ont reçu 200 000 $ qui serviront à mettre au point une banque de cellules souches, de même que le produit final qui sera utilisé à la phase 2 du premier essai clinique multicentrique d’un traitement par cellules souches mésenchymateuses contre le choc septique. Le choc septique, qui peut être mortel, survient lorsqu’une infection se propage dans l’ensemble du corps et surstimule le système immunitaire, causant la défaillance de plusieurs organes.

L’essai portera sur 114 patients, dans 10 centres hospitaliers universitaires au Canada. La phase 1 de l’essai n’a révélé aucun événement indésirable associé à ce traitement. La Dre McIntyre a également obtenu une somme additionnelle de 100 000 $ afin de rédiger la documentation relative aux examens déontologiques et réglementaires, de préparer la formation opérationnelle et de recruter un ou deux patients à chacun des établissements participants.

Collaborateurs : Duncan Stewart, Dean Fergusson, John Marshall, Keith Walley, Claudia dos Santos, Brent Winston, Shane English, Alexis Turgeon, Geeta Mehta, Robert Green, Alison Fox-Robichaud, Margaret Herridge, John Granton, Paul Hebert, Kednapa Thavorn, Timothy Ramsay, Dana Devine, Centre de fabrication de biothérapies de L’Hôpital d’Ottawa et Société canadienne du sang

Régénération du cerveau après un AVC

La Dre Eve Tsai (L’Hôpital d’Ottawa et l’Université d’Ottawa) et son équipe ont reçu 100 000 $ afin de tester sur des modèles animaux un nouveau biomatériau qui pourrait amener les cellules souches du cerveau à réparer les dommages causés par un AVC. Ce biomatériau pourrait être inséré dans le corps dans le cadre d’une opération courante suivant un AVC. Graduellement, il libérerait des molécules capables de stimuler les cellules souches cérébrales dans le but de restaurer les fonctions motrices. Collaborateurs : Xudong Cao et Ruth Slack.

Formation de nouveaux vaisseaux sanguins pulmonaires chez les nouveau-nés

Le Dr Bernard Thébaud (L’Hôpital d’Ottawa, le CHEO et l’Université d’Ottawa) et ses collègues ont obtenu 99 900 $ afin de tester sur des modèles expérimentaux l’utilisation de cellules souches de cordons ombilicaux, appelées cellules progénitrices endothéliales, pour traiter l’hypertension pulmonaire. Chez les nouveau-nés souffrant de ce problème, le risque de décès est deux fois plus élevé, tandis que ceux qui survivent développent des problèmes de santé à long terme. L’équipe du Dr Thébaud est la première à avoir démontré que les cellules progénitrices endothéliales peuvent faire diminuer la tension artérielle et favoriser la croissance des poumons par la formation de nouveaux vaisseaux sanguins à partir de modèles expérimentaux de lésions pulmonaires chez des nouveau-nés. Le traitement créé à partir de ces recherches pourrait également être utile aux patients ayant d’autres problèmes cardiovasculaires, comme une crise cardiaque, un AVC ou la prééclampsie. Collaborateurs : Mervin Yoder et Dylan Burger.

 

Personne-ressource pour les médias :

Véronique Vallée
Agente des relations médias
613-863-7221 
veronique.vallee@uOttawa.ca

Haut de page