Des chercheurs d’Ottawa enraient le cancer du cerveau chez des souris en combinant deux immunothérapies

Publié le mercredi 15 février 2017

Drs. Eric Lacasse, Shawn Beug, Robert Korneluk / Les Drs Eric Lacasse, Shawn Beug, Robert Korneluk

Les Drs Eric Lacasse, Shawn Beug et Robert Korneluk

La revue Nature Communications publie aujourd’hui les résultats d’une étude qui attribue à la combinaison de deux immunothérapies un taux élevé de guérison chez les souris atteintes d’une tumeur cérébrale cancéreuse.

Des chercheurs au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) ont découvert que la combinaison de deux médicaments – les mimétiques de SMAC et des inhibiteurs de points de contrôle immunitaires (IPCI) – amplifie le taux d’élimination des cellules de tumeurs cancéreuses en laboratoire. En outre, ils ont remarqué que la combinaison favorise une immunité à long terme contre les tumeurs cérébrales de type glioblastome, en plus de présenter des résultats fort prometteurs pour le traitement du cancer du sein et du myélome multiple.

« Ces découvertes représentent une importante avancée dans nos recherches ainsi que dans le champ d’étude de l’immunothérapie. Nous sommes les premiers à démontrer l’effet synergique destructeur qu’ont les mimétiques de SMAC combinés aux IPCI sur les glioblastomes », affirme le Dr Robert Korneluk, professeur éminent à l’Université d’Ottawa et chercheur principal à l’Institut de recherche du CHEO. « On peut dire que l’union fait la force. Nous sommes convaincus que la hausse du taux de guérison du cancer passe par une approche combinée. »

Eric Lacasse, chercheur à l’Institut de recherche du CHEO, explique : « Deux entreprises pharmaceutiques ont entamé cette année des essais cliniques sur des patients atteints de différents types de cancer pour évaluer l’efficacité de la combinaison de mimétiques de SMAC et d’IPCI. Des années pourraient s’écouler avant que l’on entreprenne des essais cliniques sur des adultes ou des enfants atteints de glioblastome, qui est un cancer du cerveau mortel, mais nous avons hâte d’ajouter les résultats de ces essais à notre bagage de connaissances. C’est un domaine d’exploration fascinant et nous espérons avoir tapé dans le mille. »

« Ces recherches viennent approfondir notre compréhension des mécanismes à l’origine du double effet d’amélioration de la réponse immunitaire et d’affaiblissement des cellules cancéreuses », ajoute Shawn Beug, membre de l’équipe de chercheurs et principal auteur de l’article. « Nous espérons qu’à mesure que progresseront nos efforts pour comprendre comment les mimétiques de SMAC encouragent le système immunitaire à détruire les cellules cancéreuses, les oncologues et les entreprises de biotechnologie seront de plus en plus nombreux à entreprendre des essais cliniques en la matière. »

La recherche a été financée par l’Institut de recherche de la Société canadienne du cancer, la Fondation Brain Canada (avec le soutien financier de Santé Canada, par l’intermédiaire du Fonds de recherche sur le cerveau du Canada) et les Instituts de recherche en santé du Canada. Les travaux de recherche ont également été rendus possibles grâce aux dons de la Fondation du cancer de la région d’Ottawa, de la Fondation médicale Kiwanis et de la Fondation du CHEO.

Lire l’étude dans Nature Communications (en anglais seulement)

L’Université d’Ottawa : un carrefour d’idées et de cultures
L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des points de vue, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des dix meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Classée parmi les 200 meilleures universités au monde, l’Université d’Ottawa attire les plus brillants penseurs et est ouverte à divers points de vue provenant de partout dans le monde.

L’Institut de recherche du CHEO
L’Institut de recherche du CHEO, affilié à l’Université d’Ottawa, coordonne les activités de recherche au Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario. Ses trois programmes de recherche comprennent la biomédecine moléculaire, les technologies de la santé et l’application des données probantes à la pratique médicale. Ses principaux domaines de recherche sont le cancer, le diabète, l’obésité, la santé mentale, la médecine d’urgence, la santé musculo-squelettique, les renseignements électroniques sur la santé et la protection des renseignements personnels, ainsi que la génétique des maladies rares. Les avancées réalisées aujourd’hui par l’Institut serviront à améliorer la santé des enfants de demain. Pour de plus amples renseignements, consultez le site Web www.cheori.org ou suivez-nous sur @CHEOhospital.

Personnes-ressources pour les médias

Amélie Ferron-Craig
Agente de relations avec les médias
Université d’Ottawa
Cell. : 613-863-7221
aferronc@uOttawa.ca

Adrienne Vienneau
Directrice, Communications et relations publiques
Institut de recherche du CHEO
Tél. : 613-737-7600 poste 4144 | Cell. : 613-513-8437
avienneau@cheo.on.ca

Haut de page