Du raisin au labo : Des chercheurs font équipe pour produire du resvératrol et mieux comprendre ses effets sur la santé

Publié le vendredi 9 décembre 2016

Grapes / Raisins

Ces dernières années, la communauté scientifique comme les médias populaires se sont intéressés aux vertus du resvératrol, un composé naturel présent dans la peau des raisins rouges et de petits fruits. Considéré comme un puissant antioxydant, le resvératrol été vanté par des études pour ses nombreux bienfaits pour la santé cardiaque, la prévention du cancer, le ralentissement du vieillissement du cerveau, voire la perte de poids. Non convaincu de la nature antioxydante du resvératrol comme tel, Derek Pratt, professeur au Département de chimie et de sciences biomoléculaires de l’Université d’Ottawa, croît plutôt que des composés complexes qui en sont dérivés sont responsables de ces bienfaits pour la santé. Pour en apprendre plus, nous nous sommes entretenus avec le chercheur et son équipe, composée entre autres de collaborateurs à l’Université du Michigan. Ensemble, ils ont établi de nouvelles façons de produire en laboratoire des composés dérivés du resvératrol pour mieux en comprendre les effets, et peut-être produire de nouvelles molécules aux bienfaits encore plus marqués.

Q. : Pourquoi avez-vous choisi d’étudier le resvératrol?
R. : Le resvératrol est largement considéré comme un puissant antioxydant capable de piéger les radicaux libres, ces molécules nocives qui peuvent endommager les cellules du corps. On croit que les radicaux libres sont associés à divers problèmes de santé, y compris le cancer, les maladies du cœur et le vieillissement du cerveau. Nous mettions en doute de la capacité du resvératrol extrait des plantes à neutraliser les radicaux libres pour prévenir les maladies. Le resvératrol s’oxyde facilement tant dans la plante elle-même qu’après son extraction, et cette altération produit une myriade de produits dérivés. Par conséquent, il est excessivement difficile de déterminer les activités biologiques associées aux différents composés et le rôle de ceux-ci dans la cellule.

Q. : Qu’avez-vous découvert dans le cadre de vos recherches?
R. : Nos recherches ont démontré que les produits naturels dérivés du resvératrol peuvent être préparés en laboratoire, éliminant du coup les laborieux processus d’extraction, d’isolation et de purification des tissus végétaux. Nous y sommes parvenus en couplant deux radicaux libres dérivés du resvératrol. D’ordinaire, ce type de radicaux libres n’est pas suffisamment stable pour se prêter à la préparation de nouvelles molécules en laboratoire, mais nous y sommes arrivés en modifiant légèrement leur structure. Nous avons ainsi pu préparer des produits naturels et individuels dérivés du resvératrol qui font habituellement partie de mélanges complexes; cette découverte nous laisse aussi soupçonner que les plantes pourraient utiliser la même stratégie de « couplage de radicaux » pour les produire.

Q. : À quel usage scientifique ou médical le resvératrol synthétique pourrait-il être destiné?
R. : Nos découvertes contribueront à faire progresser la recherche sur les bienfaits du resvératrol et de ses composés dérivés, et pourraient être pertinentes pour d’autres produits naturels émanant de plantes médicinales. Certains de ces composés peuvent avoir des effets marqués sur divers problèmes de santé, du cancer aux maladies cardiovasculaires et neurodégénératives. La possibilité de préparer les composés en laboratoire plutôt que d’avoir à en faire l’extraction aidera les chercheurs à mieux explorer leurs propriétés médicales et leurs mécanismes d’action, et ainsi cerner les effets de chaque molécule. Comprendre le rôle de chaque molécule dans une cellule peut offrir des pistes pour la mise au point de nouvelles molécules aux bienfaits encore plus importants pour la santé. 

Q. : Que comptez-vous faire maintenant?
R. : Ces travaux font partie d’une collaboration continue avec l’équipe de recherche du professeur Corey Stephenson de l’Université du Michigan; nous nous sommes appuyés sur les résultats d’une étude précédente afin de produire les composés dérivés du resvératrol les plus complexes à ce jour. Les Instituts nationaux de la santé des États-Unis viennent de nous accorder une subvention de fonctionnement de quatre ans pour que nous poursuivions notre travail en la matière. Nous comptons maintenant étudier les effets des différents composés préparés sur des modèles cellulaires de maladies, de même que leurs mécanismes dans ces cellules. Nous espérons que nos travaux mèneront à une meilleure compréhension des propriétés médicinales du resvératrol et de ses produits dérivés, de même qu’à un modèle pouvant servir à l’étude de produits naturels dérivés d’autres végétaux auxquels on prête des propriétés antioxydantes.

Lire le rapport dans la revue Science (en anglais seulement)

Personne-ressource pour les médias

Amélie Ferron-Craig
Agente de relations avec les médias
Cell. : 613-863-7221
aferronc@uOttawa.ca

Haut de page