L'expérience canadienne des maladies hépatiques chez les enfants : un diagnostic précoce est essentiel

Publié le lundi 19 octobre 2015

Une étude nationale unique en son genre sur l'hépatite auto-immune (HAI) chez les enfants, une maladie inflammatoire évolutive du foie, a été publiée aujourd'hui dans la prestigieuse revue spécialisée, Pediatrics.

Dirigée par une équipe du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO), avec la participation de 13 centres universitaires de soins pédiatriques à l'échelle du Canada, la recherche a consisté à effectuer un examen rétrospectif des dossiers sur une période de 10 ans pour déterminer : la fréquence de l'HAI; la façon dont les patients manifestent la maladie; les différents types de médicaments utilisés et les doses prescrites à l'échelle du Canada; et l'évolution de l'état de santé des patients. L'examen se penche en outre sur de nouveaux examens pour diagnostiquer l'HAI, dont l'imagerie par résonance magnétique et une analyse sanguine

« Jusqu'à présent, il existait très peu de données sur la fréquence et la prévalence de l'HAI au Canada et même les publications mondiales sur ces questions sont rares », a déclaré la Dre Carolina Jimenez, chercheuse principale et directrice des Services hépatiques de la Division de gastroentérologie, d'hépatologie et de nutrition au CHEO, et professeure adjointe à l'Université d'Ottawa. « Les maladies du foie ne touchent pas que les adultes. Nous espérons fournir tant aux médecins de famille qu'aux spécialistes des données fondées sur les faits afin qu'ils puissent commencer les examens pertinents et aiguiller les patients plus tôt. Ainsi, les enfants seront traités plus rapidement et connaîtront de meilleurs résultats. »

L'équipe a étudié 159 enfants de moins de 18 ans qui étaient atteints de l'HAI, ce qui représente 2,3 cas par million au Canada. Même s'il ne s'agit pas d'une maladie courante, sa fréquence est plus grande dans les provinces de l'Est. La fatigue, la jaunisse et les douleurs abdominales étaient les symptômes les plus courants. De plus, l'examen a révélé qu'il faut beaucoup de temps avant de diagnostiquer l'HAI, période pendant laquelle les symptômes de l'enfant peuvent s'aggraver.

« Notre article insiste sur l'importance de reconnaître et de traiter cette maladie le plus tôt possible », a souligné Dr Fernando Alvarez, chercheur à l'Hôpital Sainte-Justine et professeur de pédiatrie à l'Université de Montréal. « Nous pouvons faire davantage pour cette population d'enfants très malades si nous cherchons à normaliser les soins prodigués à l'échelle du Canada. L'accès à ce genre de renseignements constitue un pas dans la bonne direction. »

Un quart des enfants ayant l'HAI ont des antécédents familiaux de maladies auto-immunes. Parmi tous les enfants, 20 % présentaient une cirrhose dès le premier stade, ce qui témoigne du caractère chronique de la maladie ainsi que du temps requis pour confirmer le diagnostic. Toutefois, les enfants ont bien réagi au traitement, ce qui a réduit la nécessité de transplantations du foie.

Au sujet de l'Institut de recherche du CHEO

L'Institut de recherche du CHEO, affilié à l'Université d'Ottawa, coordonne les activités de recherche au Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO). Ses trois programmes de recherche comprennent la biomédecine moléculaire, les technologies de la santé et l'application des données probantes à la pratique. Les principaux domaines de recherche sont le cancer, le diabète, l'obésité, la santé mentale, la médecine d'urgence, la santé musculo-squelettique, les renseignements électroniques sur la santé et la protection des renseignements confidentiels, ainsi que la génétique des maladies rares. L'Institut de recherche du CHEO fait des découvertes aujourd'hui pour des enfants en meilleure santé demain. Pour plus de renseignements, visiter le www.cheori.org ou @CHEOhospital.

À propos de l'Université d'Ottawa

L'Université d'Ottawa soutient activement la recherche de pointe et favorise le développement des connaissances basé sur une approche interdisciplinaire. Son engagement envers l'excellence attire les chercheurs les plus prometteurs du Canada et du monde entier. L'Université d'Ottawa contribue aussi grandement au développement économique de la région de la capitale nationale.

Personnes-ressources pour les médias

Adrienne Vienneau
Institut de recherche du CHEO
Bureau : 613-737-7600 poste 4144
Cellulaire : 613-513-8437
avienneau@cheo.on.ca

Danika Gagnon
Université d'Ottawa
Bureau : 613-562-5800 poste 2981
Cellulaire : 613-863-7221
danika.gagnon@uOttawa.ca

Haut de page