L'Université Carleton et l'Université d'Ottawa accueillent Hossein Raeesi dans le cadre du Réseau universitaires-chercheurs en danger

Publié le mercredi 19 août 2015

L'Université Carleton, l'Université d'Ottawa et la CUASA (Association des professeurs de l'Université Carleton), dans le cadre du Réseau universitaires-chercheurs en danger (Scholars at Risk (en anglais), ou SAR), accueillent l'universitaire iranien Hossein Raeesi pour l'année 2015-2016.

Il sera chercheur invité au Département de droit et d'études juridiques de l'Université Carleton, où il donnera un cours sur « Les droits de la personne, la charia et le système juridique islamique ». À l'Université d'Ottawa, il suivra des cours dans le but d'obtenir la reconnaissance professionnelle pour exercer le droit en Ontario.

« Pour les deux universités, il s'agit d'une belle occasion de collaborer afin de venir en aide à un universitaire que la persécution a forcé à fuir son pays. Chez nous et à l'Université d'Ottawa, M. Raeesi pourra vivre un an de paix et de sécurité », a déclaré Peter Ricketts,vice-recteur à l'enseignement et à la recherche de l'Université Carleton.

« SAR est d'une importance vitale pour les nombreux universitaires un peu partout dans le monde qui doivent faire face non seulement à des contraintes pesant sur leurs activités de recherche et d'enseignement, mais aussi à des menaces contre leur personne », dit John Packer, professeur agrégé de droit et directeur du Centre de rechercher et d'enseignement sur les droits de la personne à l'Université d'Ottawa. « C'est un honneur pour nous de pouvoir collaborer à cette initiative avec l'Université Carleton. »

Hossein Raeesia exercé le droit à Chiraz, en Iran, pendant 20 ans. Il est le fondateur et ancien président du Comité des droits de la personne du Barreau de la province du Fars, ainsi que le fondateur de l'association juridique Neday-e Edalat (Voix de la justice) à Chiraz. À titre d'avocat bénévole, il a défendu des prisonniers politiques, des journalistes, des femmes et des enfants condamnés à la peine capitale.

En 2012, il est venu s'installer au Canada pour échapper à une détention arbitraire et à des poursuites intentées contre lui par le gouvernement iranien. Depuis, il collabore avec différents organismes de défense des droits de la personne.

« Le Réseau universitaires-chercheurs en danger apporte une contribution inestimable au monde universitaire, en permettant à ses participants de faire partager leur expertise, leurs expériences et leurs motivations. Je suis ravie de souhaiter la bienvenue à M. Raeesi à Ottawa, et j'envisage l'année qui vient avec enthousiasme », a déclaré Melanie Adrian, présidente du comité mixte SAR Carleton-Université d'Ottawa.

SAR est un réseau international regroupant des établissements d'enseignement supérieur. Il se consacre à la protection des chercheurs menacés, à la prévention des attaques contre les milieux universitaires et à la promotion de la liberté de l'enseignement partout dans le monde. Par leurs connaissances scientifiques, les participants jettent sur leur domaine de spécialité un éclairage permettant de le comprendre et de l'analyser dans une perspective nouvelle.

Personne-ressource pour les médias

Danika Gagnon
Agente des relations médias
Université d'Ottawa
Bureau : 613-562-5800 poste 2981
Cell. : 613-863-7221
danika.gagnon@uOttawa.ca

Haut de page