Des chercheurs de l’Université d’Ottawa obtiennent un financement pour des recherches sur la santé dans l’espace

Publié le mardi 8 mars 2016

L’Agence spatiale canadienne (ASC) a annoncé le financement de quatre nouvelles expériences scientifiques qui seront menées sur Terre dans des conditions s’apparentant à celles régnant dans l’espace. Deux de ces projets, dirigés par des chercheurs de l’Université d’Ottawa, ont été choisis en raison de leur pertinence pour les problèmes de santé associés aux séjours dans l’espace et de leurs retombées positives ici même sur Terre.

Le projet intitulé Bone Marrow Changes With Long-Duration Bed Rest: Impact on Target Organ and Personalized Rehabilitation (Changements de la moelle osseuse résultant d’un alitement de longue durée : effets sur l’organe cible et réadaptation personnalisée), dirigé par le Dr Guy Trudel, s’intéresse aux effets négatifs d’un long alitement sur les populations de cellules de moelle osseuse et leurs fonctions. L’étude vise à optimiser les adaptations et les méthodes de réadaptation de la moelle osseuse, pour qu’on puisse planifier de façon sécuritaire les missions spatiales de longue durée tout en améliorant la santé des patients alités sur Terre. Dans l’espace, les astronautes subissent des changements physiologiques similaires aux problèmes résultant du vieillissement ou de l’inactivité physique causée par la maladie ou le sédentarisme. Cette étude, coordonnée par l’Agence spatiale européenne (ASE), sera réalisée à l’Institut de médecine et de physiologie spatiales (MEDES) de Toulouse, en France. Professeur au Département de médecine physique et de réadaptation, directeur du Laboratoire ostéoarticulaire de recherche appliquée et médecin spécialisé en réadaptation à l’Hôpital d’Ottawa, le Dr Trudel coordonne les travaux qui seront menés au Laboratoire ostéoarticulaire de recherche appliquée.

Le deuxième projet subventionné est dirigé par le Dr Bernard Jasmin, professeur et vice-doyen à la recherche de la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa. Le Dr Jasmin est le chercheur principal du projet Prevention of Skeletal Muscle Deconditioning During Bed Rest With Targeted Micronutrient Supplementation (Prévention du déconditionnement musculosquelettique durant l’alitement avec une supplémentation ciblée de micronutriments), qui porte sur la façon de contrer l’atrophie musculaire résultant de différents stresseurs (microgravité, inactivité ou sédentarisme). On sait qu’un des effets secondaires de la microgravité dans les séjours dans l’espace est un déconditionnement musculosquelettique pouvant gravement réduire la mobilité. À l’heure actuelle, il n’existe aucune thérapie efficace permettant de prévenir cette perte de masse musculaire. Le projet de recherche vise donc à déterminer les meilleurs protocoles permettant de contrer l’atrophie musculaire et à comprendre les événements cellulaires et moléculaires qui régissent le processus d’atrophie. À terme, la recherche a pour but de mettre au point des exercices thérapeutiques, des programmes de supplémentation nutritionnelle, des agents pharmacologiques et des mesures génétiques qui contribueront à prévenir, à limiter ou même à inverser l’atrophie des muscles squelettiques.

Ces projets ont d’abord été choisis par l’entremise d’une annonce d’opportunité lancée par l’Agence spatiale européenne, suivie d’un avis d’offre de participation de l’ASC visant à évaluer la pertinence des projets pour le Canada.

Cette recherche sera menée à l’Institut de médecine et de physiologie spatiales (MEDES) en France.

Personne-ressource pour les médias

Néomie Duval
Gestionnaire, Relations avec les médias
Cell. : 613-240-0275
neomie.duval@uOttawa.ca

Haut de page