Si la durabilité de l'environnement est une nouvelle tendance, alors le professeur Marc Dubé est en vogue

Publié le lundi 15 décembre 2014

Au lieu d'utiliser des produits toxiques dérivés du pétrole comme liant pour peinture, il a opté pour des pelures d'orange, ou plutôt une substance extraite de pelure d'orange. Le professeur Marc Dubé de la Faculté de génie de l'Université d'Ottawa a plus d'un tour dans son sac.

« Je veux que les gens comprennent que même si nous cherchons des matériaux biologiques et renouvelables, nous ne le faisons pas aux dépens des produits alimentaires », explique-t-il. « Nous visons des déchets comme les pelures d'orange, qui sont des articles non comestibles »

Marc Dubé s'est donné pour mission de sevrer le monde de sa dépendance aux combustibles fossiles dans la production de peintures, de plastiques, de résines et d'adhésifs, et même dans la production de carburant. L'huile de cuisson et les résidus de bois, tels que les arbres morts et les résidus de jardin, sont d'autres ressources durables utilisées par le professeur Dubé. Plus on les utilise, moins il y a de polluants dans l'environnement. Dans le cadre de ses recherches sur de nouvelles façons de produire du biodiesel, il ramassait des barils de vieille huile à friture d'un restaurant populaire d'Ottawa.

« Toute l'attention est tournée vers les réserves mondiales de pétrole qui s'amenuisent et qui sont essentielles pour générer de l'énergie, pour le chauffage et pour les transports », explique le professeur Dubé. « Pourtant, il existe des alternatives comme l'énergie solaire et les véhicules électriques, mais nombreux sont ceux qui ne comprennent pas que plus de 99 % des matériaux (polymères) servant à fabriquer ces produits sont dérivés du pétrole. Pas de pétrole, pas d'énergie solaire, pas de voitures électriques. » Le professeur Dubé et son équipe tentent de trouver d'autres façons de produire des polymères à partir de matières premières biologiques et renouvelables.

Depuis quelque temps, le professeur Dubé et son équipe sont de fidèles disciples des 12 principes de la chimie verte, qui visent la réduction des solvants nocifs, l'utilisation de matériaux renouvelables et la conception de produits biodégradables.

« Notre recherche illustre l'ensemble de la situation de ce qui se passe dans le monde. »

Plus récemment, le professeur Dubé a supervisé les travaux de thèse de deux étudiantes, Yujie Zhang (maîtrise) et Shanshan Ren (doctorat), sur la combinaison de divers types de molécules de limonène. Cette substance peut servir à fabriquer du ruban adhésif ou de la colle. De toute évidence, Marc Dubé enseigne aux prochaines générations que « l'économie protège du besoin » et s'efforce de bâtir un monde un peu plus vert.

Les consommateurs peuvent-ils déjà se procurer ce genre de produits durables?

« Pas encore. Nous travaillons de concert avec une compagnie canadienne qui fabrique des polymères à base d'amidon. Nous prévoyons que nos résultats de recherche seront commercialisés d'ici cinq ans. »

Personne-ressources pour les médias

Kina Leclair
Agente des relations média
Bureau : 613-562-5800 (2529)
Cell. : 613-762-2908
kleclair@uOttawa.ca

Haut de page