Un tiers des patients ayant une douleur thoracique pourraient se passer d’un appareil de surveillance cardiaque à l’Urgence

Publié le lundi 30 janvier 2017

Dr. Venkatesh Thiruganasambandamoorthy

Des chercheurs d’Ottawa ont validé une règle qui permettrait le retrait sécuritaire de l’appareil de surveillance cardiaque chez un tiers des patients qui sont à l’Urgence à cause de douleurs thoraciques, selon une étude publiée dans le Journal de l’Association médicale canadienne. Ainsi, des patients en pire état pourraient profiter de cet équipement et les temps d’attente s’en trouveraient diminués. 

« La douleur thoracique est l’une des causes les plus courantes des visites à l’urgence au Canada, de l’ordre de 800 000 par année », affirme le Dr Venkatesh Thiruganasambandamoorthy, auteur principal de l’étude, professeur adjoint à l’Université d’Ottawa et scientifique et urgentologue à L’Hôpital d’Ottawa. « Aux deux salles d’urgence de L’Hôpital d’Ottawa, nous voyons près de 35 patients par jour atteints d’une douleur à la poitrine, et habituellement, 25 d’entre eux sont assignés à un lit muni d’un moniteur cardiaque. Cette règle nous permettrait de libérer huit de ces lits en toute sécurité et d’assigner les moniteurs à d’autres patients. »

Lire le communiqué

Personne-ressource pour les médias

Amélie Ferron-Craig
Agente des relations avec les médias
Cell. : 613-863-7221
aferronc@uOttawa.ca 

Haut de page