Attention, chaud devant! Les effets sur la santé et le bien-être de l’exposition à la chaleur (et comment s’en protéger)

Publié le jeudi 26 juillet 2018

journée chaude d'été

Les effets sur la santé et le bien-être de l’exposition à la chaleur (et comment s’en protéger)

En compagnie de son équipe, le professeur Glen Kenny de l’Université d’Ottawa étudie les effets de l’exposition à la chaleur sur le corps humain. Nous lui avons posé quelques questions sur ses découvertes et sur les dispositions à prendre pour se protéger.

Professeur Glen Kenny

Parlez-nous de votre recherche.

Nous cherchons à comprendre comment mieux protéger les personnes qui s’exposent à la chaleur, que ce soit au repos ou dans le cadre d’une activité physique. Notre laboratoire est le seul au monde à disposer d’un calorimètre, un appareil qui calcule très précisément la quantité de chaleur que le corps évacue par transfert thermique vers l’environnement et par évaporation de la transpiration. En comprenant la façon dont une personne évacue la chaleur en fonction du niveau de stress thermique – et ce, qu’elle soit en pleine activité ou au repos –, on obtient de précieux renseignements sur sa tolérance à la chaleur.

Qu’avez-vous appris?

Nous savons que la capacité à tolérer la chaleur varie d’une personne à l’autre, d’heure en heure et de jour en jour. En réalité, plusieurs éléments influencent cette capacité : l’âge de la personne, son état de santé général, sa forme physique, le temps passé dans un environnement où il fait chaud, la prise de médicaments et bien d’autres facteurs encore, y compris le nombre d’heures de sommeil obtenus la nuit précédente.

Qui est à risque de développer une maladie liée à la chaleur?

Tout le monde! Il faut toutefois savoir que les aînés, les gens qui souffrent de problèmes de santé chroniques et les enfants y sont les plus vulnérables. Les gens qui pratiquent une quelconque forme d’activité physique à la chaleur, y compris les travailleurs, sont également susceptibles de développer une blessure comme un épuisement ou des crampes dus à la chaleur, voire un coup de chaleur. Parmi ce type de blessures, l’épuisement dû à la chaleur est l’un des plus courants. Il peut s’accompagner de transpiration abondante, de changements d’humeur (perte de jugement, irritabilité), d’étourdissements, de nausée et de maux de tête. Il peut aussi être associé à une importante perte d’eau ou de sodium. S’il n’est pas traité, l’épuisement dû à la chaleur peut entraîner un coup de chaleur potentiellement mortel.

Qu’arrive-t-il au fur et à mesure que l’on prend de l’âge?

En vieillissant, le corps réagit moins bien à la chaleur. Cet effet est susceptible de survenir chez les adultes dès l’âge de 40 ans, mais il est accentué chez les personnes qui souffrent de problèmes de santé chroniques tels que le diabète de type 2. Celles-ci tolèrent moins bien la chaleur, car leur corps a plus de mal à se refroidir par évaporation de la transpiration; lorsqu’il fait chaud, le risque de maladie ou de décès provoqué par la chaleur est donc accru chez ces personnes, qu’elles soient actives ou au repos. La sensation de soif décline aussi avec l’âge, ce qui influence la capacité du corps à éliminer la chaleur.

Durant une vague de chaleur, certaines personnes sont-elles plus susceptibles de subir ce type de blessure?

En l’absence de mesures de protection adéquates (ventilateurs, air conditionné, etc.), quiconque s’expose de façon ininterrompue à une température élevée peut subir des blessures dues à la chaleur; dans des situations extrêmes, les personnes les plus vulnérables peuvent même y succomber. Le risque est encore plus grand en présence de conditions chaudes et humides. Même de brèves expositions à la chaleur peuvent réduire la capacité fonctionnelle d’une personne, sa qualité de vie (y compris la qualité de son sommeil) et son niveau de confort. Par ailleurs, toute exposition à la chaleur peut aggraver les problèmes de santé tels que les maladies cardiovasculaires et respiratoires.

Alors, comment peut-on se protéger durant une vague de chaleur?

  • Prenez des douches ou des bains frais régulièrement, mais évitez l’eau trop froide, qui peut causer un choc à l’organisme.
  • Hydratez-vous régulièrement.
  • Placez des compresses humides et froides sur votre cou, vos aisselles et votre entrejambe.
  • Allez au sous-sol; il y fait plus froid.
  • Reposez-vous! Le sommeil améliore votre capacité à tolérer la chaleur.

Pourquoi sommes-nous plus susceptibles de subir une blessure due à la chaleur lorsqu’on pratique une activité physique?

L’hyperthermie – c’est-à-dire lorsque la température du corps s’élève à des niveaux plus élevés que la normale – n’est pas rare chez les travailleurs, ni chez les membres de la population qui s’adonnent à des loisirs lorsqu’il fait chaud.

Durant une activité physique, le corps produit de la chaleur; lorsqu’à cette chaleur corporelle s’ajoute la chaleur ambiante (si la température de l’air excède la température de la peau), le corps doit produire plus de transpiration pour contrebalancer la hausse de chaleur et ainsi prévenir une dangereuse élévation de la température de l’organisme. Dans de telles conditions, l’évaporation de la transpiration est la seule manière pour le corps de perdre de la chaleur. La sueur qui s’égoutte sans s’évaporer ne procure aucun rafraîchissement.


 

Des travailleurs dans la chaleur

Comment peut-on protéger les travailleurs?

Pour protéger leurs travailleurs, les employeurs utilisent couramment des cycles de travail et de repos; ceux-ci contribuent à prévenir une hausse dangereuse de la température du corps. Toutefois, les lignes directrices actuellement utilisées pour définir ces cycles ne tiennent pas compte de facteurs clés qui peuvent influencer la capacité du corps à dissiper la chaleur, comme l’âge du travailleur, son sexe et son état de santé. De plus, elles ne tiennent pas compte de l’hydratation, du sommeil, de la durée du quart de travail et du nombre de jours de travail consécutifs, qui peuvent tous faire en sorte que le corps réagit différemment à la chaleur d’une journée à l’autre.

Les travailleurs peuvent s’exposer à une chaleur extrême pendant huit à dix heures par jour, cinq à sept jours par semaine, et les effets peuvent être fortement néfastes. À la différence des athlètes, les travailleurs n’ont habituellement pas le temps de se rétablir entre deux journées de travail difficiles. Par conséquent, leur capacité à évacuer la chaleur décline graduellement, ce qui les laisse dans un plus grand état de déshydratation et de fatigue.

Si vous devez travailler par temps chaud, surtout pendant plusieurs journées consécutives, rappelez-vous que votre tolérance à la chaleur peut s’amenuiser d’un jour à l’autre. Les conseils ci-dessous vous aideront toutefois à rester en sécurité :

  • Reposez-vous bien. Assurez-vous d’avoir des nuits de sommeil complètes.
  • Mangez des repas bien équilibrés (pour conserver un bon niveau d’énergie) et hydratez-vous régulièrement.
  • Lorsque vous pratiquez une activité physique, écoutez votre corps et adaptez votre rythme.
  • Prenez des pauses fréquemment. Asseyez-vous à l’ombre dans un endroit bien aéré.
  • Si possible, tenez-vous à l’écart des sources de chaleur directes (véhicules motorisés, soleil, etc.).
  • Travaillez deux par deux et veillez sur vos collègues.
  • Faites régulièrement la rotation des membres de l’équipe. Partagez la charge de travail et restez au frais.
  • Si vous éprouvez un malaise, n’attendez pas pour le signaler. Informez-en votre équipe ou votre superviseur, ou consultez immédiatement un professionnel de la santé.​​​​​
     

Glen Kenny et son équipe continuent d’explorer de nouvelles façons de protéger la santé et le bien-être des gens qui s’exposent à la chaleur. Ils cherchent en premier lieu à définir des limites d’exposition à la chaleur en fonction de l’âge, du sexe, de l’état de santé et d’autres facteurs qui influencent la tolérance d’une personne à la chaleur, et ce, tant pour les conditions ambiantes extrêmes que pour les activités physiques. Ils mettent au point des stratégies et des mesures de protection pour prévenir le stress thermique excessif par temps chaud, tant à court terme (alertes de chaleur, standards maximums de température à l’intérieur, limites d’exposition pour le travail et l’activité physique, etc.) qu’à long terme (stratégies d’adaptation à la chaleur pour les personnes et les groupes vulnérables à la chaleur, par exemple). Ils se penchent également sur l’utilisation de systèmes de surveillance pour offrir une protection en temps réel contre les stress thermiques excessifs et ainsi préserver la santé et le bien-être des personnes vulnérables à la chaleur.

 

Pour plus d'informations:

Karyne Vienneau
613-762-2908
Karyne.Vienneau@uottawa

Isabelle Mailloux
613-240-0275
imaillou@uottawa.ca

 

Haut de page