Besoin d’un expert? COVID-19 : épidémie ou pandémie?

Publié le mercredi 26 février 2020

La Terre avec un masque

Les membres des médias peuvent communiquer directement avec les experts suivants :

Dr Ronald Labonté (anglais seulement)

Titulaire de Chaire de recherche éminente et professeur à l’École d’épidémiologie et de santé publique de l’Université d’Ottawa.

rlabonte@uOttawa.ca

Le Dr Labonté a accepté de répondre à nos questions :

1- Qu’est-ce qu’une pandémie?

« Une épidémie est considérée comme une maladie répandue au sein d'une population (géographique) limitée. Une pandémie est essentiellement une épidémie qui s'est propagée à de nombreux pays et, de là, à l'intérieur de ceux-ci. Aujourd'hui, le recours à la pandémie est généralement limité aux nouvelles maladies qui peuvent, et dans une certaine mesure, ont commencé à affecter les populations à l'échelle mondiale. »

2- Pourquoi l’épidémie de coronavirus n’est-elle pas encore considérée comme une pandémie?

« C'est une question autant politique que médico-technique. Le COVID-19 s'est maintenant répandu dans plusieurs pays, avec des épidémies (en nombre important) dans au moins trois autres nations : la Corée du Sud, l'Iran et l'Italie. Pour certains experts en maladies infectieuses, cela pourrait suffire pour déclarer qu'il s'agit d'une pandémie.

Le risque politique, et la ligne fine que l'OMS (l’Organisation mondiale de la santé) tente de franchir sur cette question, est qu'il existe de réels risques sanitaires, économiques et politiques à déclarer une pandémie. La peur pourrait causer plus de dommages à la santé que la maladie elle-même, du moins dans sa propagation ou sa portée actuelle. Au contraire, et probablement avec beaucoup de tact, l'OMS et les autorités sanitaires de nombreux pays laissent entendre qu'elle pourrait bientôt devenir pandémique - une façon d'habituer les gens à cette idée sans provoquer soudainement de panique. »

3- Qu’est-ce que ça va changer pour la population en général si cela devient une pandémie? Qu’est-ce que les gens devraient savoir?

« Peu de choses changeraient pour la plupart d'entre nous si c’était officiellement déclaré une pandémie. Quelle que soit la manière dont elle est décrite, ce qui est important est de comprendre que, avec ce que nous connaissons de la maladie pour le moment, le risque pour la plupart d'entre nous, et en particulier pour les gens au Canada, restera faible.

Les retombées économiques de la maladie nous affecteront inévitablement plus que la maladie elle-même, en matière d'incidence sur le prix ou la disponibilité de certains biens.

Les déplacements peuvent être limités si certains "points chauds" apparaissent dans certains pays ou certaines régions. Les responsables de la santé publique surveilleront l'évolution de la maladie, les taux de morbidité et de mortalité et émettront des conseils aux voyageurs en conséquence. Si le virus établit une forte présence dans le pays, ce qui semble peu probable pour le moment, les Canadiens les plus à risques seront les plus vulnérables à d'autres maladies respiratoires : les personnes âgées, les jeunes enfants, les personnes fragiles et, bien sûr, les travailleurs de la santé qui s'occupent de ceux qui contractent le virus.

Les mesures de santé publique que nous devrions tous pratiquer restent les meilleures actions préventives : se laver soigneusement les mains à l'eau et au savon, éviter de se toucher le visage si les mains sont sales, éviter tout contact étroit avec les autres si nous sommes atteints d'une maladie respiratoire, porter un masque facial si nous devons nous rendre dans une clinique pour une évaluation (ce que les cabinets médicaux nous demandent toujours de faire de toute façon).

Finalement, je dirais de ne pas paniquer, ne pas stocker, ne pas blâmer. Nous devrions faire preuve de civilité dans nos rencontres sociales quotidiennes avec les autres. »

Haut de page