Besoin d’un expert? COVID-19 : les parents et le télétravail

Publié le mardi 12 mai 2020

Une main d'enfant sur un ordinateur

Les membres des médias peuvent communiquer directement avec les experts suivants :

Dr Jean-François Bureau (anglais et français)

Professeur titulaire, Faculté des sciences sociales, École de psychologie. Responsable du Laboratoire de recherche sur les relations enfants-parents et leur environnement (CARE Lab)

jean-francois.bureau@uottawa.ca

« En tant que parents, nous avons tendance à imposer notre vision du monde. Nous aimons la cohérence, que les choses aient un sens pour nous, et ainsi avons-nous tendance à “corriger” nos enfants. C’est la raison pour laquelle c’est plus simple entre enfants. Avec des camarades de jeu, l’enfant est plus libre de faire des choses stupides. Il n’y a pas ce jugement; il accepte tous les scénarios et constate avec bonheur ce qui se passe. Les parents ont tendance à adopter le rôle de l’éducateur plus spontanément parce qu’ils savent que l’enfant va s’adonner au volet jeu ailleurs. Mais maintenant, ils doivent porter les deux casquettes. »

 

Dr Stuart Hammond (anglais et français)

Professeur agrégé, Faculté des sciences sociales, École de psychologie (psychologie du développement)

Stuart.Hammond@uottawa.ca

Vos enfants veulent vous aider dans vos tâches… pourquoi ne pas les laisser faire?

« Les enfants ne sont pas toujours capables de s’acquitter d’emblée d’une tâche complète, mais vous, comme parent, vous pouvez décomposer cette tâche en éléments plus petits qui sont réalisables, explique le professeur Hammond. Si vous constatez que votre enfant maîtrise certaines tâches, encouragez-le. Voyez s’il peut aller plus loin, s’il peut gagner en confiance. »

 

Dre Cristina Atance (anglais et français)

Professeure titulaire, Faculté des sciences sociales, École de psychologie. Directrice du Laboratoire sur l’apprentissage et la cognition de l’enfant

atance@uottawa.ca

« De plus en plus, les psychologues du développement avancent que les types d’expériences dont les bébés et les enfants ont besoin sont ceux que la plupart d’entre nous leur proposent déjà. Parler beaucoup à la maison, créer des mondes imaginaires, dessiner, lire des livres, raconter des histoires, faire de la musique avec des casseroles… les enfants profitent de toutes sortes d’expériences parce que, en tant qu’êtres humains, notre apprentissage est très malléable, très plastique. Il n’y a pas d’expériences précoces données que les enfants doivent vivre pour se développer correctement. Et aucun élément probant n’atteste que nous devons leur gaver le cerveau de stimulation et d’information. »

 

Extraits tirés de l’article Ma nouvelle vie de maman en télétravail : une adaptation incontournable

Haut de page