Besoin d'un expert? Crise politique au Bélarus

Publié le mardi 25 août 2020

Des gens manifestent au Bélarus

Les membres des médias peuvent communiquer directement avec l’expert suivant :

Ivan Katchanovski (anglais, ukrainien et russe)
Professeur à temps partiel, Études politiques, Faculté des sciences sociales

Le professeur Ivan Katchanovski est spécialisé dans la politique et les conflits des États postsoviétiques. Il peut commenter les protestations actuelles au Bélarus, en comparaison avec l'EuroMaïdan en Ukraine.

« Le Bélarus a été largement terra incognita à l'Ouest jusqu'aux événements actuels. Les élections présidentielles n'ont pas été libres et équitables. Le Bélarus est une dictature et les candidats de l'opposition ont été persécutés, exclus, arrêtés et ont dû fuir le pays en raison de ces persécutions politiques. Le meurtre d'un manifestant dans des vidéos largement diffusées lors des manifestations antigouvernementales signifie que le conflit s'est considérablement aggravé.

La violence des forces gouvernementales pourrait se retourner contre elles et produire une répression importante de l'État et le renversement éventuel du régime de Loukachenko ; ou produire une répression plus violente des protestations et l'introduction de la loi martiale. Les protestations et les grèves anti-Loukachenko dans les grandes usines industrielles et à la télévision d'État au Bélarus sont une autre indication que la mainmise de Loukachenko sur le pouvoir est chancelante.

Les déclarations publiques de Loukachenko, le récent déploiement des forces militaires à Minsk et dans d'autres villes pour protéger les monuments de la Seconde Guerre mondiale contre les manifestants, et les vidéos montrant Loukachenko et son fils avec des fusils d'assaut lors du récent grand rassemblement de l'opposition près du palais présidentiel suggèrent qu'il est prêt à utiliser beaucoup plus de force pour rester au pouvoir. Bien qu'il y ait certaines similitudes, comme la violence, les manifestations actuelles au Bélarus diffèrent sensiblement de celles de la Maïdan en Ukraine. » – Le professeur Katchanovski

Haut de page