Besoin d’un expert? Déboulonnement de la statue de John A. Macdonald à Montréal

Publié le lundi 31 août 2020

Statue de John A. Macdonald

Les membres des médias peuvent communiquer directement avec les experts suivants :

Pierre Anctil (français et anglais)
Professeur titulaire, Département d'histoire, Faculté des arts
panctil@uOttawa.ca

Comment interpréter la place de l’histoire dans l’espace public contemporain canadien, à la lumière des récents mouvements de revendication sociale et politique.
 

Timothy J. Stanley (français et anglais)
Professeur émérite, Faculté d’éducation et Institut de recherche et d’études autochtones, Faculté des Arts

« Les statues, les noms de rues et d'écoles, et d'autres aspects de notre paysage culturel donnent l'impression que les personnes d'origine européenne appartiennent au Canada alors que d'autres - y compris les autochtones - n'y ont pas leur place. Les statues de John A. Macdonald en sont un exemple parfait. Elles célèbrent la "grandeur" de Macdonald tout en ignorant le rôle qu'il a joué en présidant la plus grande saisie de terres de l'histoire de l'Empire britannique et en créant des politiques, y compris les pensionnats autochtones, destinées à détruire les coutumes politiques, culturelles et sociales des peuples autochtones. Il a également été la première personne de l'Empire britannique à organiser des droits politiques basés sur une race biologiquement définie lorsqu'il a pris le droit de vote à toute personne "de race mongole ou chinoise" sous prétexte que les Chinois menaçaient "la nature aryenne" du Canada. 

Pour résoudre ces problèmes, il faut réparer les dommages causés par des personnes comme Macdonald et refaire le paysage culturel canadien pour y inclure tous les habitants du pays. »

 

Haut de page