Besoin d’un expert ? Journée nationale de la vérité et de la réconciliation

Publié le mardi 28 septembre 2021

Les souliers, jouets d'enfants qui symbolize la journée nationale de la vérité et de la réconciliation

Les membres des médias peuvent communiquer directement avec les experts suivants / Members of the media may directly contact the following experts:

 

Brenda Macdougall (français et anglais)

Directrice, Institut de recherche et d’études autochtones et Déleguée universitaire à la participation autochtone; Professeure titulaire, Département de géographie, environnement et géomatique, Faculté des arts

Brenda.Macdougall@uOttawa.ca

 

Nicholas Ng-A-Fook (français et anglais)

Professeur titulaire, Faculté d’éducation. Ancien directeur des programmes Teacher Éducation et Indigenous Teacher Education et spécialiste en Histoire autochtone.

nngafook@uottawa.ca
 

Lisa Howell (anglais seulement)

Professeure adjointe et Étudiante au doctorat, Faculté d’éducation

lhowell@uottawa.ca


« Quand elle avait six ans, bien avant que le gouvernement n’annonce la création de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, Phyllis Webstad a reçu de sa grand-mère un chandail orange tout neuf pour sa première journée d’école au pensionnat de la réserve de Dog Creek (Première Nation Stswecem’c Xgat’tem). Ce chandail, qu’on lui a retiré à son arrivée, est devenu le symbole de l’indifférence du personnel de l’école envers elle et les autres enfants. La Journée nationale de la vérité et de la réconciliation rend hommage à tous les enfants enlevés à leurs parents, à ceux qui ne sont jamais rentrés à la maison, aux personnes survivantes et à leur famille. Elle nous invite à ne pas oublier le passé et à poser des gestes concrets, dès maintenant et pour les années à venir. »

– Les professeurs Ng-A-Fook and Howell


Sarah Funnell (anglais seulement)

Director, Centre for Indigenous Health Research and Education

Sarah.Funnell@uottawa.ca

Spécialiste de la santé publique et médecin de famille d’origine Anishinaabekwe et Tuscaroran, Sarah Funnell s’est taillé une place parmi les chefs de file en santé autochtone. De concert avec des membres des communautés autochtones et du corps médical, elle orientera les efforts de la Faculté visant à articuler une vision et à mettre en place une approche axée sur les solutions pour renforcer la recherche et l’éducation.

« Une journée officielle pour la vérité et la réconciliation est une façon de reconnaître publiquement la politique de génocide qui a causé la perte de vies humaines et la disparition de langues et de cultures, et leurs répercussions sur des générations de personnes des Premières Nations, métisses et inuites. En tant que peuples autochtones, nous savons ce qu’il nous faut pour nous sentir bien et en santé. Notre culture nous guérit. Nous sommes forts. »

 

Ghislain Otis (français seulement)

Professeur titulaire et Chaire de recherche du Canada sur la diversité juridique et les peuples autochtones, Faculté de droit - Section droit civil

Ghislain.Otis@uottawa.ca

« Le juriste que je suis voit dans cette journée le moment privilégié de réfléchir au défi de faire du droit, qui fut un instrument de colonisation des peuples autochtones, un outil de dépassement du paradigme colonial. Cette difficile refondation juridique de notre relation constitue la condition nécessaire d’une relation apaisée porteuse de réconciliation. »

 

Eva Ottawa (français seulement)

Professeure adjointe, Faculté de droit – Section de droit civil

eva.ottawa@uottawa.ca

La professeure Ottawa a récemment déposé une thèse sur opikihawasowin qui procure des outils inestimables afin de mieux comprendre les systèmes juridiques autochtones.

 

Cyndy Wylde (français seulement)

Professeure, École de service sociale, Faculté des sciences sociales

cwylde@uottawa.ca

« La Journée nationale de vérité et réconciliation est une occasion officielle de commémorer les victimes et les survivants des pensionnats indiens. Ma famille a pâti pour ce pays. Aujourd’hui, il est indéniable que le Canada s’est empressé de l’exclure pour se construire. Il convient de se rappeler comment et pourquoi. Il est grand temps que cela soit non seulement connu et reconnu, mais il est également important d’honorer la vérité.  C’est une journée pour mettre la vérité en avant plan. #EveryChildMatters »

Haut de page