Une calculatrice peut-elle prédire votre risque de démence?

Publié le mardi 22 juin 2021

Des chercheurs canadiens à L’Hôpital d’Ottawa, à l’Université d’Ottawa, à l’Institut de recherche Bruyère et à l’ICES ont mis au point et validé une calculatrice en ligne qui outillent les personnes âgées de 55 ans et plus à mieux comprendre la santé de leur cerveau et la façon de réduire leur risque de démence dans les cinq prochaines années. Leur processus a été publié dans le Journal of Epidemiology and Community Health, et la calculatrice est accessible sur le site Web projectbiglife.ca.

La démence est un terme générique pour désigner la perte de mémoire et d’autres capacités cognitive assez grave pour nuire à la vie quotidienne. Chaque année, 76 000 nouveaux cas de démence sont diagnostiqués au Canada, un nombre qui devrait augmenter avec le vieillissement de la population.

Il n’existe aucun remède ni traitement contre la démence. Toutefois, environ le tiers des cas de démence peuvent être évités par des facteurs liés au style de vie, notamment l’activité physique, de saines habitudes alimentaires, la réduction de la consommation d’alcool et de tabac et la gestion de maladies comme le diabète et l’hypertension.

Pour mettre au point une calculatrice de la démence, les chercheurs ont exploité les données de sondage portant sur plus de 75 000 Ontariens.

« La particularité de la calculatrice du risque de démence est qu’elle évite d’aller faire des tests chez un médecin », précise Stacey Fisher, Ph.D., chercheuse principale qui a mené l’étude en grande partie à Ottawa durant son doctorat supervisé par les DrsDoug Manuel et Peter Tanuseputro à L’Hôpital d’Ottawa. « Les personnes ont déjà toute l’information nécessaire pour utiliser la calculatrice dans le confort de leur maison. » Mme Fisher, Ph.D., effectue actuellement un stage postdoctoral à l’Université de Toronto et à Santé publique Ontario.

Facteurs pris en compte dans la calculatrice du risque de démence d’une population (DemPoRT) :

  • Âge
  • Situation de tabagisme et exposition au cours de la vie
  • Consommation d’alcool
  • Activité physique
  • Stress
  • Alimentation
  • Sentiment d’inclusion
  • Ethnicité
  • Statut d’immigration
  • Niveau socioéconomique du quartier
  • Éducation
  • Activités qui demandent une assistance
  • Statut conjugal
  • Nombre de langues parlées
  • État de santé

La calculatrice peut être utilisée par toute personne pour évaluer son risque de démence et changer ses habitudes de vie. Les chercheurs ciblent aussi les décideurs qui peuvent utiliser cet algorithme pour en faire de même pour la population générale.

L’étude a permis à l’équipe de mettre au point le premier outil de prédiction de la démence à l’échelle d’une population. Il peut prédire le nombre de nouveaux cas dans la collectivité, identifier les populations à risque élevé et renseigner les stratégies de prévention de la démence, et appuiera la stratégie nationale du Canada sur la démence. En utilisant les données et les sondages sur la santé recueillis régulièrement, les spécialistes en santé de la population disposent de toute l’information nécessaire pour utiliser l’algorithme.

« L’outil donnera à ses utilisateurs des pistes pour réduire leur risque de démence », affirme le DrPeter Tanuseputro, auteur principal de l’étude et scientifique à L’Hôpital d’Ottawa, chercheur à l’Institut Bruyère, scientifique associé à l’ICES et professeur adjoint à l’Université d’Ottawa. « La pandémie de COVID-19 a aussi clairement montré que les variables socioéconomiques comme l’ethnicité et le milieu de vie jouent un rôle majeur dans notre santé. Il était important d’inclure ces variables dans l’outil pour aider les décideurs à comprendre comment la démence touche différentes populations et à élaborer des stratégies de prévention équitables. »

La calculatrice du risque de démence s’ajoutera à la liste des calculatrices de Project Big Life qui aide les Canadiens à évaluer leur espérance de vie en fonction de leurs habitudes et choix de vie.

La calculatrice était fondée sur des données tirées des sondages sur la santé des collectivités canadiennes de Statistique Canada et hébergées à l’ICES. Actuellement conçue pour la population canadienne, la calculatrice peut être adaptée à l’un des 100 pays qui recueillent des données de sondage sur la santé.


Pour les demandes médias (entrevues en anglais seulement): media@uottawa.ca

 

Haut de page