Un cœur qui bat : la photonique au service de la frappe de la monnaie

Publié le mardi 5 janvier 2021

 Médaille de reconnaissance 2020

À gauche : Palpitante feuille d’érable (Monnaie royale canadienne, 2020a) À droite : Médaille de reconnaissance 2020 (Monnaie royale canadienne, 2020b)

Une équipe de recherche en photonique de l’Université d’Ottawa fait palpiter des pièces et des médailles pour une bonne cause

Utiliser des micromiroirs pour créer une illusion unique dans une pièce d’argent : voilà l’une des nombreuses applications de la photonique – la science et la technologie de la lumière – dans nos vies.

Une équipe du Centre de recherche en photonique de l’Université d’Ottawa a créé une surface réfléchissante qui, lorsqu’elle est intégrée à des pièces de monnaie, produit un effet de pulsation. L’Université d’Ottawa, en collaboration avec la Monnaie royale canadienne, a utilisé cette technologie novatrice pour concevoir la pièce « Palpitante feuille d’érable » et la Médaille de reconnaissance 2020, qui rend hommage aux travailleuses et travailleurs essentiels de la pandémie de COVID-19.

Lorsqu’on incline la pièce, la feuille d’érable et le cœur semblent se gonfler et se contracter, comme s’ils palpitaient.

« J’ai été inspiré par le phénomène de réflexion qu’on peut voir la nuit, dans les yeux des animaux et les réflecteurs des vélos », explique Jaspreet Walia, boursier postdoctoral au Département de physique de l’Université d’Ottawa.

« Le motif est composé d’un agencement de rétroréflecteurs modifiés qui contrôlent la façon dont la lumière entre dans l’œil. »

M. Walia est principalement responsable du développement de la technologie de micromiroir, sous la supervision du professeur titulaire Arnaud Weck et de Pierre Berini, professeur distingué et titulaire de la Chaire de recherche de l’Université en photonique des plasmons de surface.

Selon M. Walia, il est beaucoup plus rare de voir une illusion d’optique sur des pièces de monnaie que sur les billets de banque.

« Le principal défi, c’était de reproduire en série et à peu de frais cette illusion sur une surface de métal », indique-t-il.

Grâce à cette collaboration, l’Université d’Ottawa et la Monnaie royale canadienne ont constaté qu’une telle technologie peut être facilement intégrée au processus de frappe traditionnel.

Cette recherche a mené à la production de quatre objets différents : la pièce « Palpitante feuille d’érable », la pièce « Victoire en Europe », l’ensemble de cinq pièces divisionnaires Feuille d'érable 2021 et la Médaille de reconnaissance 2020.

« On a utilisé des modèles informatiques et des simulations optiques pour comprendre la physique de différents arrangements de micromiroirs, explique M. Walia. Une fois les structures prometteuses déterminées, nous avons façonné des prototypes par fraisage CNC et micro-usinage laser pour s’assurer que l’illusion était réussie. »

Ce projet d’un an, mené de mai 2018 à mai 2019, a nécessité la mise en commun des ressources et des outils de l’Université d’Ottawa et de la Monnaie royale. Le projet a été financé par Mitacs et la Monnaie royale canadienne.

Les premières pièces « Palpitante feuille d’érable », sorties en septembre 2019, sont aujourd’hui épuisées, mais la Médaille de reconnaissance demeure disponible.

 

Pour les demandes médias :
Justine Boutet
Agente des relations médias
Cellulaire : 613-762-2908
justine.boutet@uOttawa.ca

Haut de page