Démystifier les troubles psychologiques

Publié le jeudi 7 avril 2016

Selon les Instituts de recherche en santé du Canada, une personne sur cinq sera affectée par un problème psychologique au cours de sa vie, et les étudiants ne sont pas à l’abri de ces statistiques. Avec le soutien d’organisations universitaires, Nathalie Freynet, doctorante à l’École de psychologie, a mis sur pied une initiative novatrice pour alléger ce problème sociétal.

L’initiative 1 sur 5 (1/5), incorporée en tant que club officiel de la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa, est une réponse au manque de renseignements et d’outils pour soutenir les personnes souffrant de maladies mentales. L’initiative a comme mission de combattre la stigmatisation associée aux troubles psychologiques et de faciliter l’accès aux ressources disponibles.

« Alors que l’on en sait beaucoup sur les difficultés liées à la santé physique, la majorité de la population en sait peu sur la façon de reconnaître les troubles psychologiques et encore moins sur la manière de les gérer. On a donc souvent l’impression d’être seul devant ces défis, et il peut sembler impossible d’obtenir l’information et l’appui nécessaires pour les surmonter », soutient Nathalie Freynet.

Afin de rappeler à la communauté universitaire et aux résidents d’Ottawa qu’il existe des ressources et des services, les membres de l’initiative ont, entre autres, créé des ateliers de sensibilisation. Ces activités visent à renseigner sur les signes et les symptômes de troubles psychologiques, sur l’accès aux ressources, sur l’écoute active et sur les façons de prendre soin de soi en tant que personne aidante.

« C’est encourageant de voir les groupes sur le campus s’impliquer davantage et partager leur expertise sur la santé mentale avec leurs pairs. Plus il y a de voix, d’appuis et de compréhension de la part de la communauté, le mieux ce sera pour tout le monde », mentionne madame MacInnes, conseillère principale en santé mentale à l’Université.

Il est important de retenir « qu’il est tout à fait normal de ressentir du stress à certains moments dans nos vies, mais qu’il est utile de chercher un soutien psychologique lorsque ces difficultés nuisent au fonctionnement et à l’épanouissement personnel, ou causent de la détresse pendant plusieurs semaines », ajoute Nathalie Freynet.

Pour obtenir de l’information et des conseils entourant la santé mentale, visiter la page Facebook de l’initiative 1 sur 5.

Personne-ressource pour les médias :

Mila Roy
Agente des relations médias
Université d’Ottawa
Cell. : 613-762-2908
Mila.Roy@uOttawa.ca

Haut de page