Une étude canadienne compare un test de dépistage de la COVID-19 par analyse de la salive au test traditionnel par écouvillonnage

Publié le mardi 8 septembre 2020

Une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'Hôpital d'Ottawa, de l'Université d'Ottawa et du Laboratoire national de microbiologie de l'Agence de la santé publique du Canada montre qu'un test d’analyse de la salive fabriqué au Canada peut détecter le virus de la COVID-19.  Bien qu'il ne détecte pas autant de cas que le test traditionnel par écouvillonnage nasal, le test basé sur la salive est plus confortable que le test par écouvillonnage, qui nécessite l’insertion d’un écouvillon – un instrument servant à racler les cavités naturelles - dans l'arrière du nez ou de la gorge.

L'étude, publiée dans Annals of Internal Medicine, a porté sur 1 939 personnes qui se sont présentées au Centre de dépistage  de la COVID-19 de l'hôpital loca  lisé à l’aréna Brewer, et qui ont accepté de faire les deux tests. Pour imiter le dépistage de masse, les personnes testées étaient soit asymptomatiques, soit présentaient des symptômes légers.

Au total, 34 personnes de l'étude ont reçu un résultat positif à la COVID-19 avec le test standard par écouvillonnage nasal et le test expérimental par la salive, tandis que 22 personnes ont reçu un résultat positif avec uniquement le test par écouvillonnage et 14 avec seul le test d’analyse de la salive .

« Dans notre étude, le test par écouvillon a détecté plus de cas que le test par la salive » a déclaré l'auteure principale, la Dre Stephanie Johnson-Obaseki, chirurgienne spécialisée dans le cancer de la tête et du cou à l'Hôpital d'Ottawa, professeure adjointe à l'Université d'Ottawa et titulaire d'une chaire de recherche départementale en amélioration de la qualité. « Cependant, nous pensons que parce que le test par analyse de la salive est beaucoup plus facile pour le patient, il peut encore avoir sa place parmi les tests de dépistage de la COVID-19 dans certaines situations. Il est essentiel de poursuivre les recherches dans ce domaine en pleine évolution. »

Le test par analyse de la salive utilise un système de collecte d'ADN développé par la société DNA Genotek, basée à Ottawa. Cette société a fourni le système de collecte gratuitement pour les besoins de cette étude, mais n'a pas participé à la conception de l'étude ni à l'interprétation des résultats. Les échantillons de crachats ont été envoyés au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg pour la détection du matériel génétique de la COVID-19 à l'aide de techniques standards.

« De nombreuses méthodes et techniques sont déjà utilisées ou sont en cours d’élaboration pour le dépistage de la COVID-19. Le test d’analyse de la salive pourrait être la prochaine percée dans le domaine à l’issue d’autres travaux de recherche », a déclaré le Dr Guillaume Poliquin, directeur scientifique par intérim du Laboratoire national de microbiologie du Canada. « En plus du dépistage, il est important que tous les Canadiens suivent les directives de la santé publique s’ils se sentent malades pour assurer leur protection, ainsi que celle de leur famille et de leur communauté. »

La Dre Johnson-Obaseki avait déjà travaillé avec DNA Genotek sur un test d’analyse de la salive pour détecter le virus du papillome humain (HPV), qui peut causer certains types de cancer. Comme de nombreux chercheurs de l'Hôpital d'Ottawa et de l'Université d'Ottawa, elle a rapidement mis son expertise au service de la lutte mondiale contre la COVID-19. La prochaine étape pour son équipe consiste à tester à nouveau tous les échantillons à l'aide d'un test d'anticorps capable de détecter une infection préalable à la COVID-19. 

« Nous espérons que nos recherches, et d'autres recherches dans le monde entier, permettront d'améliorer et de simplifier les tests de dépistage de la COVID-19 », a déclaré l’auteure principale, la Dre Lisa Caulley, oto-rhino-laryngologiste, chirurgienne de la tête et du cou et scientifique associée à l'Hôpital d'Ottawa, et titulaire d'une chaire de recherche clinique à l'Université d'Ottawa. « Mais aucun test de la COVID-19 ne sera jamais parfait, donc le plus important est de rester à la maison si vous vous sentez malade et de suivre toutes les directives de santé publique. »

 

Media contact:

Paul Logothetis
Agent de relations avec les médias
Université d'Ottawa
Haut de page