Une étudiante de l’Université d’Ottawa qui aide à créer des virus oncolytiques contre les cancers du sein et de l’ovaire est honorée

Publié le mardi 24 novembre 2020

Taylor Jamieson-Datzkiw

Taylor Jamieson-Datzkiw, étudiante du programme de M.D./Ph.D., remporte le prix Mitacs pour innovation exceptionnelle – autochtone

Après avoir passé des heures sur YouTube à nourrir son intérêt pour les virus et leur rôle dans le traitement du cancer, Taylor Jamieson-Datzkiw, étudiante du programme de M.D./Ph.D. de l’Université d’Ottawa, est maintenant honorée pour ses travaux novateurs en vue de la création de nouveaux virus oncolytiques pour traiter des formes agressives de cancer du sein et de l’ovaire quand les autres thérapies cessent de fonctionner.

L’étudiante de 27 ans a reçu le prix pour innovation exceptionnelle – autochtone de Mitacs, une organisation nationale vouée à l’innovation qui travaille avec des établissements universitaires pour stimuler la croissance en trouvant des solutions scientifiques à des défis d’entreprise.

Les travaux de Taylor Jamieson-Datzkiw, qui étudie sous la direction des chercheurs principaux Carolina Ilkow et John Bell au Département de biochimie, microbiologie et immunologie de la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa ainsi qu’à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa, portent sur l’élimination de la résistance aux inhibiteurs de PARP, une thérapie anticancéreuse à laquelle les patients et patientes développent souvent une résistance.

Taylor Jamieson-Datzkiw remporte le prix Mitacs pour innovation exceptionnelle – autochtone

« Essentiellement, j’essaie de trouver une nouvelle solution pour les patients et patientes à court d’options », explique l’étudiante, dont la recherche vise les cancers du sein et de l’ovaire associés à une mutation des gènes BRCA qui peuvent causer des tumeurs agressives chez les femmes et les hommes d’un jeune âge. « Mon but est de créer des virus qui préviennent la pharmacorésistance et assurent donc le fonctionnement des inhibiteurs de PARP. C’est un long processus et je suis en train d’en jeter les bases, mais j’ai bon espoir que mes virus oncolytiques se rendront à l’étape clinique. »

« Ce sont les vidéos YouTube de l’équipe du Centre de thérapeutique anticancéreuse de l’Hôpital d’Ottawa, dont font partie John, Carolina et Jean-Simon Diallo, qui ont éveillé mon intérêt. Ces extraordinaires scientifiques m’ont fait découvrir le monde des virus, en montrant à quel point chaque traitement est personnalisé », ajoute Taylor Jamieson-Datzkiw, qui passe la moitié de son temps à travailler au développement de vaccins dans le contexte de la pandémie de COVID-19. « Je suis allée à l’université pour devenir chercheuse en cancérologie parce que le cancer est une maladie extrêmement complexe et qu’il y a encore tant de travail à faire. »

Cette native de Winnipeg aux origines métisses est également fière de participer à des programmes communautaires comme Parlons sciences, la Miniécole de médecine et le programme de mentorat, qui jumelle des étudiants et étudiantes de premier cycle et des cycles supérieurs.



Pour les demandes médias :
Paul Logothetis
Agente de relations médias
Cellulaire: 613.863.7221
plogothe@uottawa.ca

 

 

Haut de page