Gaga gougou : le langage enfantin tout aussi important pour les bébés bilingues qu’unilingues

Publié le mardi 23 mars 2021

Papa avec bébé


Dans le cadre d’une étude multinationale, un laboratoire de l’Université d’Ottawa révèle que les bébés bilingues préfèrent le langage enfantin à celui des adultes, en particulier dans la langue d’usage à la maison.

Les psychologues du développement affirment que le langage enfantin joue un rôle important dans le développement du langage, car il capte l’attention des nourrissons. Ceux-ci retiendraient plus facilement les sons et les mots d’une langue lorsqu’ils entendent des paroles accentuées et mélodieuses au lieu de propos adultes ordinaires. Ils ont plus de facilité à les écouter, s’y intéressent davantage et ont généralement une préférence à leur endroit. Jusqu’ici, toutefois, aucune recherche n’avait encore été publiée sur l’attention et la préférence des nourrissons bilingues à l’égard du langage enfantin.

Christopher Fennell et son équipe de recherche du Labo en action de l’Université d’Ottawa, situé au Musée des sciences et de la technologie du Canada, ont participé à un projet de recherche internationale piloté par la chercheuse Krista Byers-Heinlein de l’Université Concordia, à Montréal. Avec ses quelque 333 sujets bilingues et 385 sujets unilingues de 6 à 15 mois aux quatre coins du monde, cette étude est la plus importante à ce jour à s’intéresser à des nourrissons bilingues.

Nous avons demandé à Christopher Fennell, professeur titulaire au Département de psychologie (Faculté des sciences sociales) et Chaire de recherche en apprentissage et en acquisition des langues à l’Institut des langues officielles et du bilinguisme, de nous expliquer les conclusions de cette étude.

Christopher Fennell, collaborateur de l'étude, fait la lecture à une petite fille

« À six mois, ils préfèrent le langage enfantin aux propos adultes, et cette préférence s’accentue au fil des six mois qui suivent » - Professeur Christopher Fennell.

Crédit photo : James Park, Faculté des sciences sociales

Quel était le but du projet de recherche? 
« L’étude s’intéressait à la préférence des bébés bilingues pour le langage enfantin et à l’attention qu’ils y accordent. On appelle couramment ce langage « parler en bébé » : il désigne la voix haut perchée et chantante qu’on utilise naturellement pour s’adresser à un bébé. Comme il s’agit d’une composante clé du développement du langage, il est important de savoir si les nourrissons bilingues ont une préférence à son endroit, comme c’est le cas pour leurs pairs unilingues.

D’après nos recherches auprès de centaines de bébés, le développement du langage chez les nourrissons bilingues s’apparente à celui des bébés unilingues. À six mois, ils préfèrent le langage enfantin aux propos adultes, et cette préférence s’accentue au fil des six mois qui suivent. Notre étude révèle qu’à la maison, plus les bébés sont exposés au langage enfantin correspondant à la langue d’usage, plus leur préférence à son endroit est marquée. »

Parlez-nous de l’étude et du rôle du Labo en action.
« Le projet de recherche avait une importante dimension internationale : il s’agit à ce jour de la plus vaste étude touchant les nourrissons qui apprennent deux langues. Mon laboratoire à l’Université d’Ottawa s’intéresse à l’apprentissage de deux langues à un très jeune âge. Nous avons fourni des données sur 53 nourrissons (une étude sur les nourrissons porte habituellement sur une trentaine de sujets). Une fois les données de tous les laboratoires colligées à l’échelle mondiale, l’étude réunissait un impressionnant bassin de 718 bébés. »

Dans le cadre de ce projet, mon laboratoire avait pour mission d’organiser les critères d’évaluation de l’exposition bilingue. On mesure l’exposition des nourrissons en demandant aux parents de consigner en détail dans quelle mesure leur bébé entend la langue A et la langue B auprès de différentes sources. J’ai sondé tous les laboratoires participants pour me familiariser avec leurs critères d’évaluation, puis rédigé la section de l’article sur les méthodes d’évaluation du bilinguisme chez les populations infantiles. »

Vous attendiez-vous à trouver des différences?
« On sait que le bilinguisme est un phénomène naturel partout dans le monde et que les mécanismes fondamentaux d’apprentissage des langues devraient être comparables. Il existe plusieurs mythes concernant le langage enfantin; certains avancent entre autres que sa simplicité nuit au développement du langage. Pourtant, on sait que les bébés le préfèrent et qu’il facilite l’apprentissage de certains aspects de la langue. Les parents ne doivent donc pas s’inquiéter d’utiliser ce langage avec leurs nourrissons. »

Demandes des médias :

Paul Logothetis
Agent de relations medias
Cell: 613.863.7221
plogothe@uottawa.ca
 

Haut de page