Un historien de l'Université d'Ottawa remporte le Prix du Canada 2014 en sciences humaines pour son étude sur le Yiddish à Montréal au début du 20e siècle

Publié le jeudi 8 mai 2014

Pierre Anctil, professeur à l'Université d'Ottawa, est lauréat du Prix du Canada 2014 en sciences humaines de la Fédération des sciences humaines pour son livre sur l'œuvre de Jacob-Isaac Segal, poète montréalais et figure juive célébrée de l'époque qui n'a écrit qu'en yiddish.

Le livre, Jacob-Isaac Segal (1896-1954) : un poète yiddish de Montréal et son milieu, offre au lecteur une perspective unique de l'environnement urbain de Montréal dans la première moitié du 20e siècle et reflète le cheminement des Juifs arrivés en Amérique du Nord depuis la Russie, l'Ukraine et la Pologne.

De son côté, Hugues Théorêt, diplômé du Département d'histoire où il poursuit présentement ses études doctorales, a remporté le Prix du Canada en sciences sociales 2014 pour son ouvrage Les chemises bleues : Adrien Arcand, journaliste antisémite canadien-français.

Quatre Prix du Canada, d'une valeur de 2 500 dollars chacun, sont attribués chaque année aux meilleurs livres savants en sciences humaines et sociales ayant bénéficié du soutien financier du Prix d'auteurs pour l'édition savante. Les Prix du Canada sont décernés pour des œuvres qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la recherche, sont rédigées de façon engageante et enrichissent la vie sociale, culturelle et intellectuelle du Canada.

Pierre Anctil, membre de la Société royale du Canada, est professeur titulaire au Département d'histoire de l'Université d'Ottawa. Jacob-Isaac Segal, 1896-1954 : un poète yiddish de Montréal et son milieu, est publié par les Presses de l'Université Laval.

Visitez le blogue de la Fédération des sciences humaines pour plus d'informations

L'Université d'Ottawa soutient activement la recherche de pointe et favorise le développement des connaissances basé sur une approche interdisciplinaire. Son engagement envers l'excellence attire les chercheurs les plus prometteurs du Canada et du monde entier. L'Université contribue aussi grandement au développement économique de la région de la capitale nationale, ses retombées économiques régionales étant estimées à 4 milliards de dollars par année.

Haut de page