L'Université d'Ottawa adoptera toutes les recommandations du Groupe de travail sur le respect et l'égalité

Publié le jeudi 29 janvier 2015

L'Université d'Ottawa adoptera les 11 recommandations du rapport du Groupe de travail sur le respect et l'égalité, déposé aujourd'hui, comme première mesure visant à changer les attitudes, les croyances et les comportements associés à la violence sexuelle.

Le Groupe de travail a été mis sur pied en mars 2014 à la suite d'incidents et d'allégations de harcèlement sexuel impliquant des étudiants. Il avait pour mandat de formuler des recommandations pour favoriser sur le campus une culture qui encourage les comportements respectueux, prévient la violence sexuelle et assure aux étudiants et aux employés un milieu d'études et de travail exempt de harcèlement et de violence sexuelle.

Présidé par Caroline Andrew, professeure éminente de l'Université d'Ottawa, le Groupe de travail a fondé ses conclusions sur une diversité de sources universitaires et communautaires, y compris un sondage étudiant, des consultations avec les facultés, les services, l'administration centrale, les syndicats et autres experts, ainsi que sur les contributions d'autres établissements postsecondaires et un examen des meilleures pratiques liées à la question.

« La richesse des données et des renseignements obtenus d'une grande variété d'intervenants nous a permis de mettre en contexte et de comprendre la violence sexuelle et ses répercussions, les défis particuliers que doivent relever les universités en général et le milieu et les circonstances à l'Université d'Ottawa », a expliqué Caroline Andrew. « Nous reconnaissons que ces questions sont complexes et qu'elles exigent une approche sérieuse, concertée et soutenue; il n'y a pas de solution miracle et notre parcours sera difficile. »

« Les conclusions du Groupe de travail sont claires : nous avons du pain sur la planche », a déclaré Allan Rock, recteur et vice-chancelier de l'Université d'Ottawa. « Nous sommes déterminés à agir et nous commencerons immédiatement à mettre en œuvre les recommandations du Groupe de travail. Nous visons à faire de l'Université un milieu où chaque personne traite les autres avec respect, où la population étudiante, le corps professoral et le personnel se sentent en sécurité, et où les victimes de violence sexuelle obtiennent le soutien dont elles ont besoin. »

Pour atteindre cet objectif, l'Université fera en sorte de :

  • Sensibiliser les étudiants sur la nature du consentement à toute activité sexuelle, et sur le besoin de respecter et d'aider les autres;
     
  • Former les gestionnaires et le personnel en matière de harcèlement et de violence sexuelle;
     
  • Établir un règlement et un protocole énonçant clairement nos valeurs, ainsi que nos attentes face au comportement de tous les membres de la communauté universitaire;
     
  • Mettre en place un processus équitable et transparent dans tout cas d'allégation de non-respect des normes énoncées.

L'Université fait appel à l'ensemble de sa communauté, et en particulier les associations étudiantes et les syndicats, à travailler ensemble pour favoriser un milieu qui traite tout le monde avec respect.

« Pour l'Université d'Ottawa, la mise en œuvre des recommandations du Groupe de travail n'est que le premier pas. Nous n'avons pas toutes les réponses, mais nous viserons continuellement à nous montrer à la hauteur de nos idéaux et de nos valeurs », a affirmé le recteur.

Comme le prescrit le Groupe de travail, l'Université mettra sur pied une équipe d'intervention chargée de donner suite aux recommandations du rapport. Cette équipe fera rapport au recteur des progrès accomplis après six mois, puis annuellement par la suite.

Lire le rapport au complet.


Personne-ressource pour les médias :

Caroline Milliard
Gestionnaire, Relations avec les médias
Bureau : 613-562-5800 poste 3087
Cell. : 613-240-0275
Caroline.Milliard@uOttawa.ca

Haut de page