Un nouveau sondage révèle que l’appétit des Canadiens pour l’action climatique est à la hausse

Publié le mercredi 6 janvier 2021

Le programme Énergie positive de l’Université d’Ottawa a publié de nouveaux résultats d’un sondage sur les opinions des Canadiens facent aux changements climatiques dans le contexte de la COVID-19. Les résultats donnent un aperçu opportun des perceptions des Canadiens de l'action climatique juste avant le déploie du vaccin et de l'augmentation du nombre de cas lors de la deuxième vague de la COVID-19. L’enquête a été menée par le sondeur officiel d’Énergie positive, Nanos Research.

Les Canadiens ont été interrogés sur une échelle de 0 à 10, où 0 signifie absolument le pire moment et 10 absolument le meilleur moment, à quel point il est bon pour le Canada d'être ambitieux dans la lutte contre les changements climatiques, même s'il y a des coûts pour l'économie. Cette question a été aussi posée en juin 2020. Les résultats suggèrent que l'appétit des Canadiens pour l'action climatique est à la hausse :

  • 52% des répondants ont répondu 7 ou plus (augmentation de 7% par rapport à juin 2020) et 24% ont répondu 10 (augmentation de 7%)
  • 27% des répondants ont répondu 3 ou moins (diminution de 2%) et 15% ont répondu 0 (diminution de 2%)
  • 18% ont répondu 4 à 6 (diminution de 5%)

Le sondage révèle comment les attitudes varient selon la région, l'âge, le genre, la préférence partisane et l'idéologie politique des répondants. Les personnes des Prairies, les hommes et les canadiens âgés de 35 à 54 ans étaient moins susceptibles de dire que le moment est propice pour l'ambition climatique. Les Québécois, les Canadiens de l'Atlantique et les femmes sont les plus susceptibles de dire qu’il s’agit d’un bon moment. Les opinions sont polarisées selon l’affiliation partisane et l’orientation idéologique des répondants : les répondants conservateurs et de droite étant beaucoup plus opposés, et les répondants néo-démocrates, libéraux et de gauche beaucoup plus favorables.

Le sondage offre également un aperçu des opinions des Canadiens sur plusieurs autres sujets liés à l'énergie, y compris l'importance présente et future du pétrole et du gaz naturel pour l'économie canadienne, les compromis entre l'environnement et l'économie, et des sources d'information fiables sur l'énergie et sur les enjeux climatiques.

Les Canadiens disent que le secteur pétrolier et gazier est plus important pour l'économie actuelle du Canada (moyenne de 7,3 sur 10) que son économie future (moyenne de 5,8 sur 10), et ils sont plus susceptibles de convenir que la protection de l'environnement devrait être prioritaire, même si cela entraîne un ralentissement de la croissance économique ou une certaine perte d'emplois (54%). Les opinions étaient encore polarisées selon des lignes partisanes et idéologiques pour ces deux dernières questions.

Les résultats complets du sondage sont disponibles sur le site Web d’Énergie positive.

« On voit un changement en faveur de l'action climatique chez les Canadiens, mais les opinions sur l'énergie et le climat sont souvent polarisées selon l’affiliation partisane et l’orientation idéologique des répondants. Pour réussir à tracer l’avenir énergétique du Canada, il est essentiel que les décideurs comprennent comment naviguer dans des contextes polarisés », a déclaré la professeure Monica Gattinger, Présidente d’Énergie positive et Directrice de l’Institut de recherche sur la science, la société et les politiques publiques de l’Université d’Ottawa.

« La COVID-19 a été la principale préoccupation des Canadiens pendant la majeure partie de 2020. Les résultats de notre dernier sondage suggèrent que la préoccupation des Canadiens concernant le changement climatique augmentera à mesure que nous sortirons de la pandémie », a déclaré Nik Nanos, PDG de Nanos Research et Président du Conseil consultatif d’Énergie positive.


Nanos a mené un sondage aléatoire téléphonique et en ligne hybride à double base de données RDD (lignes terrestres et cellulaires) auprès de 1096 Canadiens, âgés de 18 ans ou plus, entre le 26 novembre et le 29 novembre 2020, dans le cadre d'une enquête Omnibus. La marge d'erreur pour cette enquête est de ± 3,0 points de pourcentage, 19 fois sur 20.
 

Pour les demandes médias :
Paul Logothetis
Agent de relations média
Cellulaire : 613.822.7763
Haut de page