Un nouvel outil cerne les patients atteints de MPOC qui sont à risque

Publié le mardi 18 février 2014

Une nouvelle règle de prise de décisions conçue à Ottawa pour évaluer les patients atteints de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) aidera les urgentologues à déterminer lesquels de ces patients risquent d'avoir des complications graves et même mortelles. L'outil, appelé « Ottawa COPD Risk Scale », fait l'objet d'un article dans le dernier numéro du Canadian Medical Association Journal (CMAJ) (anglais seulement).

« Nous espérons que cette échelle d'évaluation des risques, une fois entièrement validée, sera largement utilisée dans les urgences pour déterminer quels patients doivent être admis et lesquels peuvent retourner chez eux en toute sécurité », explique le Dr Ian Stiell, urgentologue à l'Hôpital d'Ottawa, scientifique principal à l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa et directeur du Département de médecine d'urgence à l'Université d'Ottawa. Le DStiell est déjà réputé mondialement pour avoir formulé d'autres règles de prise de décision extrêmement utiles, dont la règle d'Ottawa pour la cheville et la Règle canadienne concernant la radiographie de la colonne cervicale.

La MPOC, habituellement causée par le tabagisme, est l'une des principales causes d'hospitalisation chez les aînés. Plus d'un tiers des personnes hospitalisées à cause de la MPOC retournent à l'urgence moins de 30 jours après leur mise en congé.

Déterminer quelles personnes hospitaliser présente un défi pour les urgentologues, qui jusqu'à maintenant, disposaient de peu de données probantes sur les facteurs de risque d'un événement indésirable chez cette population de patients. Parmi les événements indésirables graves en cause, on compte le décès moins de 30 jours après une visite à l'urgence, le besoin d'intubation ou de ventilation artificielle et la crise cardiaque.

Les chercheurs ont étudié les données de 945 patients âgés de 50 ans et plus dans six centres hospitaliers universitaires canadiens (Ottawa, Toronto, Kingston, Montréal, Québec et Edmonton) pour cerner les caractéristiques associées aux événements indésirables à court terme. Ils ont aussi analysé 20 prédicteurs de risque avant de créer une échelle d'évaluation à 10 points qui tient compte des antécédents du patient et des analyses et examens réalisés pendant sa visite.

Les facteurs de risque sont simples à déterminer et permettent aux médecins de faire une estimation quantitative du risque qu'un patient atteint de MPOC subisse un événement indésirable, et ce, sans réaliser d'examens diagnostiques dispendieux.

« Nous avons découvert que le risque de subir un événement indésirable grave varie entre 2,2 % pour une note de 0, et 91,4 % pour une note de 10 », poursuit le DStiell, qui est aussi titulaire d'une chaire de recherche en santé à l'Université d'Ottawa.

Par ailleurs, les chercheurs ont constaté que les urgences au Canada renvoyaient chez eux 62 % des patients atteints de MPOC, contre seulement 20 % aux États-Unis. Cette différence serait due en partie au manque de lits et aux pressions exercées sur les médecins pour admettre un patient seulement si nécessaire.

« Nous sommes préoccupés par le nombre d'événements indésirables graves subis par les patients atteints de MPOC », ont écrit le Dr Stiell et ses coauteurs. « Les médecins peuvent grandement améliorer la sécurité des patients en repérant les caractéristiques qui signalent que l'état de santé du patient risque de se détériorer et qu'il doit donc être hospitalisé. »

Ils suggèrent aussi d'utiliser la nouvelle échelle pour déceler les patients qui devraient faire l'objet d'un suivi précoce de la MPOC après leur départ de l'hôpital.

« Une fois validé, cet outil aura des retombées positives à la fois pour les patients et les systèmes de santé, car il permettra de réduire le nombre de séjours inutiles à l'hôpital en plus de cibler les personnes qui ont besoin d'un suivi préventif », concluent-ils.

L'échelle a été mise au point par des chercheurs de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, de l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa, de l'Université d'Ottawa (Ontario), de l'Université de Toronto (Ontario), de l'Université Queen's (Kingston, Ontario), de l'Université de Calgary (Alberta) et de l'Université de l'Alberta (Edmonton, Alberta).

Les coauteurs de l'étude, intitulée « Clinical characteristics associated with increased risk of adverse events in patients presenting to the emergency department with exacerbation of chronic obstructive pulmonary disease: a prospective cohort study »,sontIan G. Stiell, Catherine M. Clement, Shawn D. Aaron, Brian H. Rowe, Jeffrey J. Perry, Robert J. Brison, Lisa A. Calder, Eddy Lang, Bjug Borgundvaag, Alan J. Forster et George A. Wells.

L'étude était financée par les Instituts de recherche en santé du Canada, l'Université d'Ottawa (Chaire de recherche en santé et Chaire de recherche clinique), le gouvernement du Canada (Chaire de recherche du Canada) et la Fondation de l'Hôpital d'Ottawa.

Renseignements pour les médias

Kina Leclair
Agente des relations médias
Université d'Ottawa
Bureau : 613-562-5800, poste 2529
Cellulaire : 613-762-2908
kleclair@uOttawa.ca

Haut de page