Un partenariat entre l'Université d'Ottawa et la Golf Association of Ontario vise le perfectionnement des joueurs et la santé financière des clubs

Publié le vendredi 30 mars 2012

L'Université d'Ottawa a conclu un partenariat avec la Golf Association of Ontario (GAO) pour effectuer la première recherche sur les effets produits par les programmes d'entrainement et de perfectionnement des athlètes offerts dans les clubs de golf, tant en matière de développement des joueurs que de viabilité financière.

Le projet est dirigé par Norm O'Reilly (professeur du commerce du sport à la Faculté des sciences de la santé), Mike Kelly (directeur du développement à la GAO) et Jeff Overholt (membre de la PGA du Canada). Visant à mieux comprendre l'impact d'un système de clubs pour la jeunesse (Junior Golf Development Centres ou JGDC) sur le perfectionnement des athlètes à long terme, le projet est en phase de collecte de données auprès d'entraîneurs PGA et d'exploitants de terrains de golf au Canada. Pendant une année, le projet étudiera aussi certains centres de développement de golf junior qui offrent aux jeunes joueurs de 6 à 18 ans une trajectoire de développement et de l'entrainement approprié : cette étude de cas permettra de déterminer l'impact économique et la faisabilité financière des JGDC sur les installations de golf.

« Puisque les JGDC n'en sont qu'à leurs débuts, nous avons à convaincre les propriétaires de clubs et les exploitants de terrains de golf des avantages à long terme d'un système de perfectionnement axé sur la jeunesse », explique le professeur O'Reilly. « Cette étude démontrera aux propriétaires et exploitants que l'adoption d'un cadre d'entrainement pour la jeunesse améliorera tant la qualité de leurs installations que leurs finances. »

L'étude évaluera la capacité des JGDC à générer des recettes dans certains domaines clés comme les adhésions et la réservation des départs. La quantification des avantages économiques des JGDC contribuera à minimiser les frais que doivent percevoir les clubs et à créer des carrières d'entraineurs à temps plein pour les membres du PGA du Canada. En retour, les performances des golfeurs canadiens, tant amateurs que professionnels, s'en trouveront améliorées. La recherche examinera aussi si l'émergence des JGDC peut avoir une incidence sur le nombre de joueurs au Canada.

« Notre objectif est de définir un système capable d'appuyer les joueurs déterminés et compétents tout en encourageant la passion du golf », ajoute Mike Kelly, directeur du développement à la Golf Association of Ontario. « En établissant les JGDC au sein des clubs de golf, nous contribuons à élargir la popularité de ce sport. »

Les résultats préliminaires de la recherche ont été présentés à la rencontre 2012 des entraîneurs de golf de l'Ontario, tenue du 27 au 29 mars à Niagara-on-the-Lake, et portant sur l'entrainement des golfeurs juniors.

Haut de page