Plus de 52 000 cas d’agression sexuelle documentés dans les hôpitaux ontariens en 15 ans

Publié le vendredi 19 juillet 2019

Porte ouverte donnant sur le couloir d'un hôpital.

Environ 3 500 personnes victimes d’agression sexuelle sont traitées dans les hôpitaux en Ontario chaque année d’après une nouvelle étude menée par des chercheurs de l’Institute for Clinical Evaluative Sciences (ICES), de L’Hôpital d’Ottawa et de l’Université d’Ottawa. Les chercheurs ont utilisé un vaste ensemble de codes pour repérer les cas d’agression sexuelle qu’ils n’auraient peut-être pas relevés en comptant les cas documentés dans les hôpitaux ontariens.

L’étude, publiée dans l’American Journal of Public Health, porte sur les cas d’agression sexuelle documentés dans les hôpitaux en Ontario de 2002 à 2016. Les chercheurs ont utilisé cinq bases de données sur les soins de santé hébergées à l’ICES et une combinaison de codes de la CIM-10 et de codes de facturation du Régime d’assurance-santé de l’Ontario qui servent à documenter une agression sexuelle dans les dossiers des patients, y compris des renseignements sur les blessures, les examens et les facteurs qui peuvent témoigner d’une agression sexuelle chez un enfant comme une infection transmissible sexuellement.

« En combinant plusieurs codes, nous avons relevé des milliers de cas que nous n’aurions pas repérés dans la documentation standard. Les résultats montrent que même les codes les plus souvent utilisés, s’ils sont examinés de façon indépendante, ne représentent que 30 % des cas », explique Katherine Muldoon, Ph.D., auteure principale de l’étude, monitrice de recherche à l’ICES et principale associée de recherche à L’Hôpital d’Ottawa. « Nos résultats montrent que l’agression sexuelle est un problème très répandu. Nous en avons relevé dans tous les groupes d’âge et tous les genres. Il est essentiel de continuer de financer la prévention et les soins. »

Les chercheurs maintiennent qu’il faut documenter avec précision le fardeau de la violence sexuelle pour qu’il soit possible de mieux allouer les ressources et les services de santé aux victimes. Avoir un solide système en place pour documenter et surveiller la prévalence de l’agression sexuelle dans la population est un impératif de santé publique.

Pour en savoir plus, visitez le site web de l'IRHO.

 

Pour plus d'informations :
Orian Labrèche
Agent de relations médias
Cell : 613-863-7221
orian.labreche@uottawa.ca

Haut de page