Première Université d'été en nutrition communautaire et en agriculture de santé publique lancée en Haïti

Publié le mercredi 23 mai 2012

L'Université d'Ottawa, en partenariat avec l'Université Laval et l'Université d'État d'Haïti, lance la première Université d'été en nutrition communautaire et en agriculture de santé publique en Haïti, dans le cadre du programme de Bourses de projets académiques Canada-Haïti. L'Université d'été vient répondre au besoin de renforcement des capacités en nutrition pour remédier à la situation d'urgence alimentaire et nutritionnelle des familles haïtiennes causée par le séisme de 2010.

Grâce au soutien financier du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada et au soutien technique et financier des bureaux nationaux de l'UNICEF et du Programme alimentaire mondial en Haïti, le programme intensif de deux semaines s'attaquera à un obstacle majeur dans l'amélioration de la santé nutritionnelle en Haïti : le faible nombre de personnel ayant les compétences requises en sciences de la nutrition pour mettre en œuvre des projets et des programmes de formation de diététistes en santé communautaire.

Le volet sur la nutrition communautaire de l'Université d'été est mené par les professeurs Dia Sanou et Malek Batal, de la Faculté des sciences de la santé, et leurs collègues de l'Université d'État d'Haïti et d'agences spécialisées des Nations Unies. Le but du volet vise, d'une part, à développer l'enseignement de la nutrition dans les programmes de formation universitaire existants et, d'autre part, à renforcer les compétences des professionnels du ministère haïtien de la Santé publique et de la Population et d'organisations non gouvernementales œuvrant dans le domaine de la nutrition.

« Les pourcentages enregistrés à l'égard des différentes formes de malnutrition sont extrêmement élevés en Haïti. Par exemple, bien avant le séisme, la malnutrition chronique touchait le quart des enfants. Malgré l'augmentation des interventions liées à la prise en charge de la malnutrition depuis le séisme de 2010, le pays est toujours aux prises avec un manque criant de professionnels de la nutrition, puisqu'il n'existe à ce jour aucun programme de formation universitaire dans ce domaine en Haïti », souligne le professeur Sanou.

« L'intérêt que porte notre université à la Francophonie et au développement international se reflète bien dans ce projet pionnier. Nous nous devons de transmettre nos connaissances à la collectivité, surtout dans les pays les plus défavorisés. Je souhaite que notre contribution puisse être, du moins partiellement, un début de réponse aux besoins colossaux du pays », dit le professeur Batal.

La très honorable Michaëlle Jean, chancelière de l'Université d'Ottawa et envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti, sera présente à la cérémonie d'inauguration, le 28 mai prochain à Port-au-Prince, afin de démontrer son soutien pour cette initiative.

Haut de page