RECHERCHE – Identification d'une nouvelle enzyme pour permettre des traitements plus personnalisés contre le cancer

Publié le jeudi 31 octobre 2019

Un microscope

Deux chercheurs de l'Université d'Ottawa ont participé à une étude internationale qui a permis d'identifier une enzyme qui inhibe fortement la ferroptose, une forme de mort cellulaire dépendante du fer impliquée dans la neurodégénérescence et les lésions de reperfusion ischémique. Il s'avère que la protéine-1 suppresseur de ferroptose (FSP1) est exprimée dans une grande variété de lignées cellulaires cancéreuses et représente donc une cible intéressante pour la création de médicaments pour le traitement du cancer.

Ron Shah, étudiant au doctorat, et Derek Pratt, professeur au Département de chimie et sciences biomoléculaires de l'Université d'Ottawa, ont fait partie d'une équipe de chercheurs dirigée par Helmholtz Zentrum München et l'Université de Würzburg, en Allemagne.

Leur étude FSP1 is a glutathione-independent ferroptosis suppressor a été publiée dans la revue internationale de sciences Nature.

Le rôle de Ron Shah et du Dr Pratt dans ce projet était la caractérisation du mécanisme moléculaire de la protéine-1 suppresseur de ferroptose (FSP1).

« Plus précisément, nous avons démontré qu'elle peut recycler la coenzyme Q10 et la vitamine E et leur permettre de protéger les membranes cellulaires des processus d'oxydation qui entraînent la mort des cellules ferroptotiques », a expliqué le Dr Pratt.

Le premier inhibiteur de la FSP1 sensibilise les cellules tumorales à la ferroptose, ce qui justifie le développement de combinaisons thérapeutiques stratifiées permettant des traitements plus personnalisés pour les patients en oncologie.

« Comme nous avons découvert que la FSP1 est exprimée dans la plupart des lignées cellulaires cancéreuses, de nouveaux inhibiteurs de FSP1 ont le potentiel d'être développés comme médicaments contre le cancer », a affirmé le premier auteur de l'étude, le Dr Sebastian Doll, de l'Institut de génétique développementale de Helmholtz Zentrum München.

Dead cells on the left, live cells on the right

L'expression de FSP1 protège les cellules contre la ferroptose (à gauche : cellules mortes dépourvues de FSP1, à droite : cellules vivantes exprimant FSP1)

La recherche a été financée par le Helmholtz Zentrum München's Development Grant for FSP1 inhibitors (2018) et la Deutsche Forschungsgemeinschaft. L'étude a débuté au Helmholtz Zentrum München et s'est développée en étroite collaboration avec le Rudolf-Virchow-Zentrum de l'Université de Würzburg, avec des contributions importantes de l'Université d'Ottawa, Cardiff University, Imperial College London et de l’Université de la Californie, Berkeley.

 

Pour plus d’informations :
Justine Boutet
Agente de relations médias
Cell: 613.762.2908
justine.boutet@uottawa.ca

Haut de page