Les sciences comportementales peuvent-elles aider à réduire les examens médicaux inutiles?

Publié le lundi 11 mars 2019

Stétoscope d'un médecin déposé sur un dossier médical

Au Canada, près d’un examen ou traitement médical sur trois s’avère inutile et peut entraîner des préjudices, du stress et des temps d’attente prolongés pour les patients, ainsi que des coûts énormes gaspillés pour le système de santé. Le réseau de recherche sur la mise en œuvre de Choisir avec soin est une initiative collaborative nationale qui cherche à éliminer les examens et traitements inutiles au Canada. En partenariat avec Choisir avec soin, le DrJeremy Grimshaw a reçu récemment une subvention des Instituts de recherche en santé du Canada pour les essais cliniques novateurs en appui à ces travaux.

Choisir avec soin a émis plus de 300 recommandations au sujet des examens et traitements inutiles. Or, il est difficile de changer les comportements au sein des systèmes de santé. La subvention des IRSC pour les essais cliniques novateurs dirigés par les Drs Grimshaw et Sacha Bhatia vise principalement deux recommandations de la campagne : les examens d’imagerie pour les douleurs au bas du dos et les examens comme les radiographies et les échocardiogrammes préalables à une intervention bénigne. Les douleurs au bas du dos sont le principal motif des visites chez le médecin, mais dans 90 % des cas, les douleurs ne durent pas longtemps. Après environ un mois, la plupart des patients se sentent mieux, qu’ils aient ou non subi une radiographie.  

« Il est question ici de faire ce qu’il y a de mieux pour les patients. Les examens inutiles peuvent donner de faux résultats positifs et entraîner d’autres examens et même certaines interventions possiblement inutiles », explique le Dr Grimshaw, dirigeant du Centre de recherche sur la mise en œuvre de L’Hôpital d’Ottawa et professeur à l’Université d’Ottawa. « Beaucoup de recherches expliquent le processus à suivre pour faire adopter une nouvelle pratique, alors que très peu précisent comment faire cesser une pratique courante. »

Brian Johnston, un patient partenaire du réseau, collabore au projet pour faire en sorte que son effet sur les patients demeure au premier plan. Il est partenaire de la section Choisir avec soin de Terre-Neuve-et-Labrador depuis sa création.

« Il suffit d’amorcer la conversation. Que vise le traitement et pourquoi faut-il l’entamer maintenant au lieu de plus tard? Le patient et le clinicien auront chacun un rôle à jouer », déclare le professionnel des services aux étudiants de l’Université Memorial de Terre-Neuve-et-Labrador, aujourd’hui à la retraite.

Les hôpitaux et les cliniques de médecine familiale de l’Ontario, de l’Alberta et de Terre-Neuve-et-Labrador participeront au projet de recherche. Au cours des cinq prochaines années, les chercheurs exploreront les raisons du recours aux examens et traitements inutiles, puis ils élaboreront et mettront à l’essai des solutions de rechange pratiques. Les solutions seront fondées sur les sciences comportementales et on tentera de déterminer si elles fonctionneront dans toutes les provinces ou s’il faut plutôt différentes solutions locales.

« Le projet du réseau de recherche sur la mise en œuvre de Choisir avec soin nous offre une excellente occasion de collaborer avec d’éminents chercheurs canadiens pour réduire les examens inutiles, qui peuvent nuire aux patients et au système de santé », affirme le Dr Sacha Bhatia, directeur du Women’s College Hospital Institute for Health System Solutions and Virtual Care et responsable de l’évaluation au sein de Choisir avec soin.

Cette recherche pourrait fournir un cadre pour de prochaines initiatives à l’échelle nationale.

« L’équipe de Choisir avec soin est ravie de travailler avec des patients et des professionnels de la santé canadiens dans le cadre d’une recherche collaborative pour réduire les examens et les traitements inutiles », déclare la Dre Wendy Levinson, présidente de Choisir avec soin. « Nous sommes fiers de contribuer à des recherches qui aideront les cliniciens de première ligne à éviter les examens et les traitements inutiles et à ainsi améliorer la qualité des soins aux patients. »

Chacune des provinces qui ont contribué à la subvention des IRSC dirigera le projet en collaboration avec les organismes ci-dessous.

En Alberta, le projet est dirigé par le Dr Shawn Dowling de l’Université de Calgary en collaboration avec les partenaires suivants :

  • Alberta Health Services
  • Alberta Innovates
  • Alberta Medical Association
  • Choosing Wisely Alberta
  • Physician Learning Program
  • Strategic Clinical Networks™
  • University of Calgary
  • Workers’ Compensation Board Alberta

À Terre-Neuve-et-Labrador, le projet est dirigé par les Drs Amanda Hall et Pat Parfrey de l’Université Memorial en collaboration avec les partenaires suivants :  

  • Choosing Wisely Newfoundland & Labrador
  • Eastern Health Regional Health Authority
  • Memorial University
  • Newfoundland and Labrador Medical Association
  • Newfoundland and Labrador Chiropractic Board
  • Newfoundland and Labrador Chiropractic Association

En Ontario, le projet est dirigé par les Drs Sacha Bhatia du Women’s College Hospital et Kyle Kirkham de l’Université de Toronto en collaboration avec les organismes suivants :

  • Choosing Wisely Ontario 
  • Health Quality Ontario
  • Life Labs
  • Think Research
  • University Health Network
  • University of Toronto
  • Women’s College Hospital Institute Health System Solutions & Virtual Care

Pour plus d’informations :
Orian Labrèche
Agent de relations médias, Université d’Ottawa
613-863-7221
orian.labreche@uottawa.ca 

Haut de page