Se préparer à relever les défis d'une population vieillissante infectée par le VIH

Publié le mercredi 4 avril 2012

Un article publié aujourd'hui dans le New England Journal of Medicine laisse entendre que le monde n'est pas encore prêt à faire face à une population vieillissante infectée par le VIH.

À mesure que la couverture de la thérapie antirétrovirale (TAR) s'étendra dans le monde entier, les porteurs du VIH dans les pays en développement présenteront une espérance de vie accrue. La TAR a permis de réduire les taux de mortalité en Afrique subsaharienne; en effet, le nombre de personnes décédées de causes liées au VIH en 2009 est inférieur de 320 000 au total de 2004 (diminution de 20 %). Au cours des années à venir, il faudra donc relever le défi de s'occuper de ces personnes alors qu'elles avancent en âge.

L'article en question, intitulé « HIV and Ageing – Preparing for the Challenges Ahead », a été rédigé par Edward Mills, professeur à la Faculté des sciences de la santé de l'Université d'Ottawa, Till Bärnighausen, de la Harvard School of Public Health et Joel Negin, de la Sydney School of Public Health. On y souligne le fait que le niveau d'engagement envers le traitement des patients âgés atteints de maladies non transmissibles comme les maladies cardiovasculaires et le diabète est assez limité, et ce, en dépit de toute l'attention internationale dont ces affections font l'objet. La satisfaction efficace des besoins des populations vieillissantes infectées par le VIH nécessite une intervention politique, le renforcement des systèmes de santé, l'affectation de ressources humaines accrues et l'amélioration de l'expertise et de l'infrastructure cliniques.

« Le vieillissement des personnes touchées par l'épidémie de VIH en Afrique comme dans de nombreux pays en développement est l'une des questions de santé publique les plus problématiques, mais encore méconnues, qui touchent les patients atteints du SIDA, d'affirmer le professeur Mills. L'infection par le VIH de même que les médicaments contre le VIH augmentent le risque de cancer et de maladies cardiovasculaires. Ainsi, nous pouvons sauver la vie d'un patient risquant de mourir d'un trouble immunitaire pour ensuite le voir succomber à une maladie évitable courante que nous n'avions pas anticipée. Les stratégies qui peuvent aider les patients vieillissants comprennent la consommation de médicaments communs et peu coûteux comme les statines, les médicaments pour la pression sanguine ou l'aspirine. »

Une modélisation récente de données issues de l'Afrique du Sud laisse entendre que la prévalence du VIH chez les personnes âgées de plus de 50 ans pourrait presque doubler au cours des 30 prochaines années, alors que le nombre absolu de patients d'âge similaire infectés par le VIH triplera durant la même période. L'élaboration de programmes s'adressant à la population vieillissante infectée au VIH dans les pays en développement est donc appelée à devenir une problématique publique et médicale d'une importance cruciale dans un proche avenir.

Haut de page