Une simple question d'un patient déclenche une importante étude sur les anticoagulants

Publié le mardi 16 septembre 2014

Grâce à une question posée par un patient de l'Hôpital d'Ottawa à son médecin, qui ne connaissait pas la réponse, les médecins du monde entier disposent maintenant d'un guide qui peut les aider à choisir le meilleur anticoagulant à administrer aux patients souffrant d'un caillot; il s'agit d'une étude publiée aujourd'hui dans le Journal of the American Medical Association (anglais seulement).

« Ici même, dans cette clinique, ce patient a mis le doigt sur une importante lacune dans les connaissances médicales. Nous avons décidé d'agir pour combler cette lacune », explique le docteur Marc Carrier, professeur agrégé à l'Université d'Ottawa, et hématologue et scientifique à l'Hôpital d'Ottawa.

Le docteur Carrier soignait Jamie Dossett-Mercer, qui avait un important problème de coagulation sanguine dans les veines de la jambe de la cheville à l'aine, une affection connue sous le nom de thrombose veineuse profonde. Un caillot aurait pu se détacher et atteindre les poumons, causant ainsi une embolie pulmonaire, affection souvent mortelle. La thrombose veineuse profonde et l'embolie pulmonaire sont deux manifestations de la thromboembolie veineuse, troisième cause de décès cardiovasculaires.

Au cours des dernières années, un certain nombre de nouveaux anticoagulants ont été approuvés. Quand on lui a demandé de choisir entre huit thérapies, Jamie Dossett-Mercer a posé une question toute simple : « Comment ces anticoagulants se comparent-ils entre eux? »

En cherchant la réponse à cette question, son médecin, le docteur Carrier, est tombé sur des dizaines d'études portant sur les effets de différents agents thérapeutiques, mais aucune d'entre elles n'analysait l'ensemble des résultats.

Son équipe a donc appliqué à 45 essais randomisés (touchant en tout près de 45 000 patients) un processus appelé « méta-analyse en réseau », qui permet de comparer plusieurs traitements à un traitement de référence. Tous les essais cliniques trouvés comparaient les nouveaux traitements avec la norme de soins, c'est-à-dire l'administration d'héparine de faible masse moléculaire combinée à des antagonistes de la vitamine K.

En prenant cette combinaison de médicaments comme point central du réseau d'analyse, les chercheurs en ont comparé l'innocuité et l'efficacité avec celles de sept autres médicaments anticoagulants utilisés pour traiter la thromboembolie veineuse : l'héparine non fractionnée combinée à des antagonistes de la vitamine K; le fondaparinux combiné à des antagonistes de la vitamine K; l'héparine de faible masse moléculaire combinée au dabigatran; l'héparine de faible masse moléculaire combinée à l'edoxaban; le rivaroxaban; l'apixaban et l'héparine de faible masse moléculaire seule.

Ils n'ont noté aucune différence importante en fait d'efficacité ou d'innocuité, mais certaines caractéristiques remarquables :

  • Un plus grand pourcentage des patients ayant reçu la combinaison héparine non fractionnée/antagonistes de la vitamine K souffrent d'un nouveau caillot dans les trois mois.
  • Un plus faible pourcentage des patients ayant reçu du rivaroxaban ou de l'apixaban subissent une hémorragie importante dans les trois mois.

« Ces résultats aideront les médecins à adapter les soins aux caractéristiques des patients, affirme le docteur Carrier. Par exemple, si la possibilité d'un nouveau caillot m'inquiète, mais que je ne crains pas d'hémorragie, je peux choisir le médicament le plus sûr ».

« J'étais déjà impressionné par les soins exceptionnels que me donnait le docteur Carrier, rapporte Jamie Dossett-Mercer. Mais je suis épaté de voir qu'on a lancé une étude à partir d'une simple question d'un patient! »

On peut lire la version intégrale de l'article intitulé « Clinical outcomes associated with treatment of acute venous thromboembolism: A systematic review and meta-analysis » dans le numéro du 16 septembre 2014 du Journal of the American Medical Association. Les auteurs n'ont pas reçu de financement externe pour mener cette étude.

L'Université d'Ottawa : Un carrefour d'idées et de cultures

L'Université d'Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des points de vue, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l'une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d'aujourd'hui. Nous sommes l'un des rares établissements canadiens à figurer au classement des 200 meilleures universités du monde. Nous attirons d'éminents penseurs et accueillons une diversité de perspectives de partout dans le monde.

L'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa

L'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa est l'établissement de recherche de l'Hôpital d'Ottawa; affilié à l'Université d'Ottawa, il entretient des liens étroits avec ses facultés de médecine et des sciences de la santé. L'Institut regroupe plus de 1 700 scientifiques, chercheurs cliniciens, étudiants diplômés, stagiaires postdoctoraux et employés de soutien qui se consacrent à la recherche pour améliorer la compréhension, la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies. Les recherches menées à l'Institut sont financées par la Fondation de l'Hôpital d'Ottawa.

Personnes-ressource pour les médias

Paddy Moore
Communications et Relations publiques
Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa
Bureau : 613-737-8899, poste 73687
Cell. : 613-323-5680
padmoore@ohri.ca

Kina Leclair
Agente des relations médias
Université d'Ottawa
Bureau : 613-562-5800, poste 2529
Cell. : 613-762-2908
kleclair@uOttawa.ca

Haut de page