Les soins psychiatriques en hôpital pour les jeunes de l'Ontario : une étude en dévoile les brèches

Publié le jeudi 20 février 2014

Le Journal de l'Académie canadienne de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent (anglais seulement) a publié aujourd'hui les résultats d'une étude d'étalonnage sans précédent sur l'état des services psychiatriques en milieu hospitalier pour les adolescents de l'Ontario. Ils montrent que si les services en Ontario ressemblent généralement à ceux d'autres pays dans le traitement des problèmes de santé mentale les plus complexes chez les adolescents, on y décèle le même genre d'écarts qu'ailleurs dans la qualité et la gamme des interventions en milieu hospitalier.

« Ces divergences à l'échelle de la province sont sans rime ni raison », affirme la Dre Stephanie Greenham, coauteure de l'étude, professeure clinicienne à l'École de psychologie de l'Université d'Ottawa, psychologue et chercheuse clinicienne au Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO). « La dotation et la planification des unités de psychiatrie en milieu hospitalier semblent se faire localement, mais puisque la demande de services de santé mentale monte en flèche, on pourrait mieux répondre aux besoins des adolescents et de leurs familles si les soins en établissement étaient plus organisés et plus systématiques. »

Vingt-cinq programmes destinés aux jeunes ayant besoin de soins de santé mentale en hôpital ont participé à cette toute première étude d'étalonnage provinciale, dont l'objectif était de décrire les caractéristiques, les services et la clientèle de chaque unité. La collecte de données s'est faite sur un an et a aussi puisé dans le répertoire de l'Ontario Network of Child and Adolescent Inpatient Psychiatry Services (ONCAIPS) et dans le site web du ministère de la Santé et des Soins de longue durée (MOHLTC).

Les répondants ont précisé que le risque de suicide est la raison principale de l'hospitalisation, mais toutes les unités disent admettre des jeunes ayant des troubles de l'humeur, d'anxiété et de psychose. Les services sont axés plutôt sur la gestion ponctuelle des crises que sur le traitement planifié à plus long terme; de plus, on admet en majorité des adolescents plutôt que des enfants. Les inégalités repérées d'un milieu à l'autre touchent l'accès aux services psychiatriques, la disponibilité d'équipes interdisciplinaires, les critères d'hospitalisation, le genre de traitement fourni, les taux d'hospitalisation imposée et le suivi des résultats cliniques.

« L'étude confirme que les services en milieu hospitalier jouent un rôle important dans le continuum de soins de l'Ontario en santé mentale, surtout pour les enfants et les adolescents faisant face aux plus gros risques et problèmes », dit le Dr Joseph Persi, coauteur de l'étude, psychologue au Centre régional de santé de North Bayà Sudbury et professeur associé à l'Université Laurentienne. « L'étude nous indique ce qu'il faut améliorer, mais elle laisse des questions sans réponses aussi. L'une des plus pressantes, si l'on considère la montée des taux d'admission, c'est comment intervenir plus vite pour réduire les cas d'hospitalisation. »

ONCAIPS plaide en faveur des pratiques exemplaires et de la planification efficace pour améliorer l'accès aux soins, la qualité de ceux-ci et la présence d'équipes médicales à l'échelle de la province. Son comité de direction compte ébaucher des lignes directrices à cet effet pour son assemblée générale annuelle à Ottawa en octobre 2014.

À propos de l'Université d'Ottawa

À l'Université d'Ottawa, la plus grande université bilingue (anglais-français) du monde, la population étudiante peut choisir d'étudier en français, en anglais, ou dans les deux langues. Située au cœur de la capitale du Canada, pays du G8, notre université favorise l'excellence en recherche et mise sur l'interdisciplinarité dans la création du savoir. Ses avancées dans les domaines de la santé, des sciences et des sciences humaines et sociales attirent l'attention du monde entier, un reflet de sa passion pour la découverte et de la place qu'elle occupe parmi les dix plus grandes universités de recherche du Canada.

À propos du CHEO et de l'Institut de recherche du CHEO

Le Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) figure parmi les plus grands fournisseurs de soins de santé mentale pédiatriques en Ontario, et au premier rang dans la province pour le nombre d'urgences qu'il traite à ce chapitre. Il fournit une gamme complète de soins pédiatriques (enfants de 0 à 18 ans) en hôpital et dans la communauté, à partir des mesures préventives et interventions précoces aux services de diagnostic et régimes de traitement plus intensifs. On trouve aussi au CHEO des scientifiques de renommée mondiale en santé mentale, troubles de l'alimentation et gestion des résultats fondés sur des preuves. Les programmes cliniques du CHEO et d'autres centres de santé s'inspirent de leurs recherches.

L'Institut de recherche du CHEO coordonne les activités de recherche du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO) et est affilié à l'Université d'Ottawa. Ses trois programmes de recherche comprennent la biomédecine moléculaire, les technologies de la santé et l'application des données probantes à la pratique. Les principaux domaines de recherche sont le cancer, le diabète, l'obésité, la santé mentale, la médecine d'urgence, la santé musculo-squelettique, les renseignements électroniques sur la santé et la protection des renseignements confidentiels, ainsi que la génétique des maladies rares. L'Institut de recherche du CHEO fait des découvertes aujourd'hui pour des enfants en meilleure santé demain. Pour en savoir davantage, consultez le www.cheori.org.

À propos du Centre régional de santé de North Bay

Le Centre régional de santé de North Bay (CRSNB) est un organisme de services de santé unique qui fournit des services de soins actifs ou de courte durée à la ville de North Bay et aux localités avoisinantes, offre des services aux petites collectivités de la région à titre de centre spécialisé de district et, enfin, agit comme fournisseur de services de santé mentale spécialisés dans le Nord-Est de l'Ontario. Notons qu'il apporte aussi un appui spécial à une région dont les lits pour malades hospitalisés sont largement dispersés. L'établissement est aussi un centre d'enseignement et de recherche important pour les étudiantes et les étudiants en médecine, en psychiatrie, en soins infirmiers et dans les professions paramédicales. Ce Centre est affilié à l'École de médecine du Nord de l'Ontario, à l'Université de Nipissing, au Collège Canadore et à plusieurs autres collèges et universités de l'Ontario.

Renseignements

Kina Leclair
Agente des relations médias
Bureau : 613-562-5800, poste 2529
Cellulaire : 613-762-2908
kleclair@uOttawa.ca

Adrienne Vienneau
Institut de recherche du CHEO
Ligne directe : 613-737-7600, poste 4144
Cellulaire : 613-513-8437
avienneau@cheo.on.ca

Haut de page