Trois étudiantes exceptionnelles reçoivent une bourse d'excellence du Consortium national de formation en santé

Publié le vendredi 25 mai 2012

Le Secrétariat national du Consortium national de formation en santé (CNFS) profite de la tenue de son assemblée générale annuelle aujourd'hui à Dieppe, au Nouveau-Brunswick, pour remettre une bourse d'excellence de 1000 $ à un étudiant ou une étudiante de chacun de ses établissements membres. Les récipiendaires sont des personnes exceptionnellement méritantes qui s'engagent à poursuivre des études dans un programme de santé, qui démontrent un engagement envers une collectivité francophone en situation minoritaire et qui participent activement à la vie étudiante au sein de son établissement.

Trois candidates de l'Université d'Ottawa ont retenu l'attention du comité de sélection :

Fatima Kaabar, de Nanaimo en Colombie-Britannique, étudie au doctorat en médecine. Fatima a été directement touchée par le manque de services de santé en français lorsque le seul médecin francophone de sa petite communauté de Nanaimo a pris sa retraite. Elle a alors choisi de poursuivre ses études en français afin d'être en mesure de répondre aux besoins des communautés francophones de sa province d'origine. Fatima a toujours consacré une grande partie de son temps au bénévolat, de l'arbitrage au ballon-panier à l'organisation de campagnes de financement en passant par l'organisation de minicours d'introduction à la médecine. Au sujet des jeunes du secondaire et de l'université qui ont participé aux minicours, elle indique dans sa lettre de motivation : « j'espère avant tout les avoir inspirés à suivre une formation en santé en français ».

Catherine Boutet, du Nouveau-Brunswick, étudie au baccalauréat en sciences infirmières. La francophonie est pour elle une priorité qui fait partie intégrante de sa vie personnelle, sociale et familiale. Son dévouement envers la communauté se voit à ses nombreuses activités bénévoles, notamment à l'hôpital universitaire francophone Georges-L.-Dumont en pédiatrie, ainsi qu'au Centre de santé des anciens combattants à Moncton. « [Mon expérience à l'hôpital Georges-L.-Dumont] a été un des éléments déclencheurs de mon intérêt pour la santé », écrit-elle dans sa lettre de motivation. Sportive dans l'âme, Catherine s'implique dans la ligue de hockey-boule et a accepté un poste d'entraîneuse bénévole en patinage artistique pour les Jeux olympiques spéciaux, ce qui lui a permis d'offrir ses services aux athlètes francophones.

Mélanie Parent, d'Embrun en Ontario, étudie au baccalauréat ès sciences sociales spécialisé avec spécialisation approfondie en service social. Joueuse de hockey depuis l'âge de cinq ans, elle adore voyager et apprendre de différentes cultures; elle prévoit d'ailleurs faire son stage de 4e année en Afrique. Mélanie fait du bénévolat au Conseil économique et social d'Ottawa-Carleton, un organisme qui accueille les nouveaux arrivants francophones à Ottawa, et a fait un stage à Valoris, un organisme bilingue qui vient en aide aux personnes vulnérables de la communauté de Prescott-Russell. « J'adore investir mon énergie et mon temps afin de contribuer à la vie étudiante et au développement de mon institution », écrit-elle dans sa lettre de motivation.

Le CNFS est un regroupement pancanadien de 11 établissements d'enseignement universitaire et collégial offrant des programmes de formation en français dans diverses disciplines de la santé, et de six partenaires régionaux qui facilitent l'accès à ces programmes de formation. Le CNFS a un Secrétariat national situé à Ottawa, qui joue un rôle de leadership, de développement et de coordination. Cette alliance stratégique permet d'accroître la présence et l'apport de professionnels de la santé et de chercheurs francophones afin d'améliorer l'offre de services de santé de qualité en français qui sont adaptés aux besoins des communautés francophones en situation minoritaire. Les programmes et initiatives du CNFS sont rendus possibles grâce au financement et à la collaboration soutenus de Santé Canada dans le cadre de la Feuille de route pour la dualité linguistique canadienne.

Haut de page