Les universités se préparent pour un monde post-pandémique

Publié le jeudi 9 avril 2020

Une salle de classe vide

La dernière crise financière a mis les universités à rude épreuve. Cette nouvelle crise les changera-t-elles pour toujours?

Ce texte a été publié à l’origine dans Apolitical le 6 avril 2020. Il a été écrit par Michael A. O'Neill de l’École d'études politiques à l’Université d’Ottawa.

Comme mes collègues des universités du monde entier, j'ai moi aussi été obligé, du jour au lendemain, de faire des transitions pédagogiques de l'enseignement traditionnel en classe à un enseignement entièrement en ligne, à la suite de l’annonce des mesures de confinement de la Covid-19.

Heureusement, et avec le soutien des spécialistes des technologies d'apprentissage de l'Université, mes collègues et moi étions prêts à terminer le semestre de façon numérique après seulement 48 heures. Au moment où j'écris ces lignes, la décision a été prise de procéder au prochain semestre entièrement en ligne.

Alors que le corps professoral et les administrateurs universitaires devraient être fiers, à juste titre, de la résilience et de l'agilité démontrées dans leurs efforts pour assurer la continuité de l'enseignement, nous n'avons peut-être pas suffisamment réfléchi à la manière dont cela pourrait influer sur l'avenir des universités en tant qu'institutions et domaine de politique publique.

Revisiter 2008

Examinons d'abord les impacts de la politique. Dans l'ensemble de l'OCDE, l'éducation est le deuxième secteur de dépenses publiques après les soins de santé dans le secteur public.

L'éducation est donc en concurrence avec les autres priorités du gouvernement pour les ressources publiques limitées. Partout dans le monde, les gouvernements sont les principaux bailleurs de fonds des universités, soit directement par le biais d'établissements publics ou indirectement par le biais de programmes d'aide aux étudiants. La recherche, mission centrale et raison d'être des universités, dépend également du financement public.

Bien qu'il soit difficile de signaler une situation identique à la crise actuelle de la Covid-19 , la crise financière de 2008 pourrait être un analogue raisonnable en matière d'impact sur le secteur public. Et quel a été cet impact? Comme le montrent les chiffres de l'Institut de statistique de l'UNESCO, au lendemain de la crise de 2008 les dépenses publiques pour les universités ont été stables ou ont diminué dans la plupart des pays industrialisés occidentaux. Le secteur universitaire connaîtra-t-il à nouveau une austérité similaire?

Certains diront que les universités sont sorties relativement indemnes de la crise financière et il est vrai qu'une fois le choc de la crise de 2008 passé, le secteur universitaire s'est développé à un rythme rapide dans les pays de l'OCDE. Cependant, je dirais que ce qui s'est produit en fait était une définition quasi conventionnelle de politique publique imprévue et non coordonnée au détriment des étudiants et des professeurs.

Par exemple, au nom de l'austérité, de nombreux gouvernements ont déréglementé les frais de scolarité, obligeant les étudiants à assumer une part plus importante du coût de leurs études.

L'augmentation des frais de scolarité a sans aucun doute profité à certains établissements du secteur de l'enseignement supérieur, mais à l'échelle de la société, cette politique a contribué à une crise de la dette étudiante dans plusieurs pays. Bien que les gouvernements de l'OCDE s'efforcent de protéger temporairement les étudiants de l'endettement étudiant élevé, quel espoir y a-t-il pour les étudiants de rembourser ces prêts? De plus, ces correctifs temporaires ne répondent pas à la question clé de savoir s'il est judicieux d'utiliser les prêts étudiants comme moyen de transférer de l'argent aux établissements postsecondaires.

Un autre impact malheureux de l'augmentation des frais de scolarité a été d'annuler l'effet de nivellement socio-économique de l'enseignement supérieur qui, par le passé, a permis aux étudiants issus de milieux modestes d'améliorer leur emploi et leurs opportunités économiques. Bien qu'il y ait peu d'études internationales récentes qui montrent l'impact net des frais de scolarité élevés sur les taux de participation à l'enseignement supérieur, des études réalisées dans des systèmes spécifiques suggèrent que l'augmentation des frais de scolarité a un impact négatif sur la participation des étudiants à faible revenu à l'université, et un coût inconnu pour la société à long terme.

Cela ne veut pas dire que le secteur universitaire n'était pas prêt à être réformé, mais que l'impact cumulatif de ces réformes n'a jamais été évalué de manière globale au niveau de la société et du secteur public dans son ensemble.

Sans aucun doute, nous pouvons nous attendre à ce que certaines voix demandent des réformes radicales du secteur public en réponse à la crise, et il est peu probable que les universités soient épargnées.

Par exemple, certains pourraient soutenir que la transition de masse vers l'enseignement à distance montre que l'enseignement universitaire peut être livré de manière aussi efficace numériquement qu'en personne. Ils disent que des économies énormes dans l'infrastructure physique et les coûts administratifs peuvent être réalisées en déplaçant les étudiants en ligne. Qui a besoin d'un grand auditorium lorsqu'un cours en ligne ne fait face à aucune limite d'inscription? En regardant les récents commentaires des médias et des leaders d'opinion, je crains que la « MOOCification » de masse ne soit appelée comme un moyen fiscalement prudent et financièrement abordable pour livrer un enseignement supérieur.

Budgets post-pandémiques

Même avant la Covid-19, plusieurs remettaient en question la relation entre le curriculum et la pédagogie des universités et le marché du travail. À l'époque, bon nombre de ces appels découlaient de la nature changeante du travail et du lieu de travail provoquée par la mondialisation, la démographie et la technologie. Après un ralentissement économique majeur, il est probable que les décideurs du secteur public et les acteurs économiques attireront davantage l'attention sur cette relation avec de nouveaux appels à la réforme des programmes.

Par exemple, dans la province de l'Ontario, l'accord de financement entre le gouvernement et les universités stipule que le rendement sera évalué en fonction des taux d'emploi après l'obtention du diplôme. Une fois que la Covid-19 sera derrière nous et si les gouvernements resserrent le financement public, il est probable que les appels au financement des universités et à la réforme des programmes d'études deviennent plus fréquents.

Cela soulève des questions importantes quant à la manière dont les gouvernements évaluent la performance des universités compte tenu du nouveau contexte fiscal et financier.

Alors que les gouvernements s'appuyaient traditionnellement sur les mesures d’entrées et sorties (par exemple le financement, les taux d'inscription et de diplomation) pour évaluer la performance des universités, de nouvelles approches seront nécessaires dans un monde post-pandémique. Cela peut inclure la prise en compte d'autres facteurs, par exemple la contribution sociale et économique de l'université à sa communauté.

L'environnement économique, social et fiscal post-Covid-19 amènera les gouvernements à penser différemment la façon dont ils abordent les décisions de financement pour le secteur public. Les universités feront partie de cette équation.

Il faut espérer que contrairement aux conséquences de la crise financière de 2008, les gouvernements adopteront une approche horizontale de la prise de décision. Cela nécessitera une approche pangouvernementale et une approche à l'échelle du système éducatif qui réduira les obstacles institutionnels et autres dans l'intérêt de lier le financement aux résultats, au profit des étudiants, des gouvernements, des institutions et des contribuables.

En sortant de la crise de la Covid-19 avec des capacités budgétaires appauvries, les gouvernements seront confrontés à des choix difficiles en matière de priorités de dépenses publiques. Ces choix seront particulièrement difficiles étant donné la nécessité de stimuler l'activité économique et de soutenir les travailleurs et les entreprises dans ce que nous espérons tous être une courte transition vers la normalité économique.

En même temps, les défis auxquels les gouvernements étaient confrontés n'ont pas disparu: l'évolution démographique, la mondialisation, les changements climatiques, etc. restent une priorité des politiques gouvernementales. Dans ce contexte, le système éducatif dans son ensemble, et le secteur universitaire en particulier, sera mis en concurrence pour obtenir des ressources et attirer l'attention des décideurs politiques sur d'autres secteurs des politiques publiques. Les chefs de file du secteur devraient déjà préparer leurs arguments sur la manière dont les universités contribuent à l'économie et à la société. Il faut espérer que les universités le feront d'une manière qui dépasse leurs murs. — Michael A. O'Neill

Pour plus d’information : media@uottawa.ca

Haut de page