uOttawa parmi des études pancanadiennes qui analysent pourquoi COVID-19 a été dévastatrice pour les résidents, personnel de soins de longue durée

Publié le lundi 1 mars 2021

Drs Hsu et Langlois

De gauche : Dre Amy Hsu et Dr Marc-André Langlois

Les études – incluant une collaboration entre L'Université d'Ottawa et Bruyère – examinent également la réponse immunitaire aux vaccins

Les établissements de soins de longue durée ont été touchés de façon disproportionnée par la COVID-19, représentant environ 60 % des décès dus à la COVID-19 à l'échelle nationale, 70 % si l'on inclut les résidences pour personnes âgées. Non seulement les résidents de ces établissements sont particulièrement vulnérables à la COVID-19 en raison de leur âge avancé, de leur système immunitaire affaibli et des multiples problèmes de santé sous-jacents, mais le personnel est également confronté à un risque accru d'infection.

Des chercheurs de l'Institut de recherche Bruyère et de l'Université d'Ottawa ont reçu 3,5 millions de dollars de subventions pour leur étude interprovinciale.

« Pendant un an, nous étudierons la réponse immunitaire des travailleurs et des résidents des établissements de soins de longue durée en Ontario, au Québec et en Colombie-Britannique », explique Amy Hsu, Ph. D., chercheuse à l'Institut de recherche Bruyère et professeure adjoint dans le Département de médecine familiale a la Faculté de médecine.

L'équipe recrutera plus de 3 500 résidents et 2 500 travailleurs dans les établissements de soins de longue durée des trois provinces et elle leur demandera de fournir des échantillons de sang pendant plusieurs mois. Leur objectif est de comprendre comment divers facteurs d'immunité, comme les anticorps, réagissent à la COVID-19 ou aux vaccins.

« Nous allons comparer la réponse immunitaire chez des personnes qui ont contracté la COVID-19 antérieurement, celles qui ont été vaccinées et celles qui n'ont pas été infectées », explique Marc-André Langlois, co-chercheur et professeur dans la Faculté de médecine et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la virologie moléculaire et l'immunité intrinsèque.

« En reliant les informations que nous obtenons grâce à l'analyse de leur sang aux données sur les soins de santé, nous pourrons suivre les individus dans le temps. Nous pourrons ainsi examiner leurs résultats à long terme après une infection et la durée de la protection qu'ils obtiennent grâce à la vaccination. Nous suivrons l'apparition d'effets indésirables et de maladies graves au fil du temps. Plus précisément, nous analyserons de près le sous-groupe d'anticorps, appelés anticorps neutralisant le virus, qui protège contre les nouvelles infections », dit Dr Langlois qui a mené Halte à la propagation Ottawa, une initiative qui vise à accélérer le développement d’un vaccin contre le coronavirus qui a bouleversé nos vies.

« Nous utiliserons CANImmunize, qui est une application numérique pancanadienne de suivi des vaccinations, mise au point par le Dr Kumanan Wilson (professeur dans la Faculté de médecine), co-chercheur de l'étude. Nous l'avons légèrement modifiée pour les établissements de soins de longue durée afin qu’ils puissent intégrer des renseignements pour tous leurs résidents et membres de leur personnel en une fois et ainsi permettre à chaque participant d’avoir un dossier indiquant quel vaccin il a reçu, à quelle date et le temps écoulé entre la première et la deuxième dose », explique la Dre Hsu. « Nous n'avons pas actuellement de système de suivi des vaccins dans les établissements de soins de longue durée au Canada. Cette plateforme nous permettra d’effectuer à l'avenir un meilleur suivi des vaccinations dans les établissements de soins de longue durée ». 

Le gouvernement du Canada, par l'entremise de son Groupe de travail sur l'immunité face à la COVID19 (GTIC), fournit un total de 8,5 millions de dollars pour financer deux études, qui examinent divers aspects de l'immunité et la réponse des gens aux vaccins dans les établissements de soins de longue durée. La deuxième étude est menée à l'hôpital St. Michael's de Unity Health Toronto et elle portera sur les résidents de 72 établissements de soins de longue durée de la région du Grand Toronto et de la région d'Ottawa-Champlain.

« Ces études examinent les facteurs qui ont contribué à l'impact disproportionné de la COVID-19 sur les personnes qui vivent et travaillent dans des établissements de soins de longue durée dans l’ensemble du pays », déclare l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam. « Leurs résultats viendront appuyer les stratégies visant à mieux protéger les résidents et le personnel de ces établissements. »

Logos des institutions partenaire

Demandes médias :

Paul Logothetis
Agent de relations médias
Cell : 613.863.7221
plogothe@uottawa.ca

 


L’Université d’Ottawa : Un carrefour d’idées et de cultures 
L’Université d’Ottawa compte plus de 50 000 étudiants, professeurs et employés administratifs qui vivent, travaillent et étudient en français et en anglais. Notre campus est un véritable carrefour des cultures et des idées, où les esprits audacieux se rassemblent pour relancer le débat et faire naître des idées transformatrices. Nous sommes l’une des 10 meilleures universités de recherche du Canada; nos professeurs et chercheurs explorent de nouvelles façons de relever les défis d’aujourd’hui. Classée parmi les 200 meilleures universités du monde, l’Université d’Ottawa attire les plus brillants penseurs et est ouverte à divers points de vue provenant de partout dans le monde.

AU SUJET DE BRUYÈRE 
Bruyère fournit un vaste éventail de services de santé dans ses hôpitaux et ses établissements de soins de longue durée à Ottawa. En tant qu'organisme de soins de santé universitaire, Bruyère se spécialise dans les soins aux personnes âgées par le biais de la réadaptation, des soins palliatifs, de la santé du cerveau et des soins continus complexes. L'Institut de recherche Bruyère soutient les chercheurs qui contribuent à l’élaboration d’un système de soins de santé meilleur et plus réactif offrant les meilleurs soins aux patients, aux résidents et aux familles. Pour en savoir plus, visitez le site www.bruyere.org. 

AU SUJET DU GROUPE DE TRAVAIL SUR L’IMMUNITÉ FACE À LA COVID-19
Le gouvernement du Canada a créé à la fin avril 2020 le Groupe de travail sur l'immunité face à la COVID-19 en lui confiant un mandat de deux ans. Le Groupe de travail est supervisé par un groupe de direction composé de bénévoles qui comprend des scientifiques canadiens de premier plan et des experts provenant d'universités et d'établissements de soins de santé de partout au Canada, qui tentent de comprendre la nature de l'immunité associée au nouveau coronavirus responsable de la COVID-19. À cette fin, le GTIC finance de nombreuses études visant à déterminer l'étendue de l'infection par le CoV-2 du SRAS au Canada (dans la population générale ainsi que dans des communautés spécifiques et des populations prioritaires), à comprendre la nature de l'immunité après l'infection, à mettre au point des méthodes améliorées de test des anticorps et à aider à surveiller l'efficacité et l'innocuité des vaccins au fur et à mesure de leur déploiement dans tout le Canada. Le groupe de travail et son secrétariat travaillent donc en étroite collaboration avec toute une série de partenaires, notamment les gouvernements, les organismes de santé publique, les institutions, les organisations sanitaires, les équipes de recherche, les autres groupes de travail, et mobilise les collectivités et les parties prenantes du début d’un projet jusqu’à la diffusion des conclusions. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site www.covid19immunitytaskforce.ca/fr

Haut de page